« Il y a sur Internet un phénomène que l’on connaît depuis les débuts: la conversation est parfois rapidement accaparée par des hordes de dépressifs, assez peu nombreux, souvent insomniaques, pas forcément très malins, et qui franchissent plus vite que les autres le fameux point Godwin »

- Article de Rue89 au sujet des trolls dans les commentaires.

Nous sommes d’accord, c’est le pire titre de toute l’histoire de la blogosphère, mais j’ai la diarrhée ce soir alors ne me cherchez pas OKAY.

Quand on rôde sur internet, grande est la tentation de manger du beurre de cacahuètes en regardant des vidéos de beauté MAIS nous savons tous qu’une telle attitude ne mène à rien dans la vie (sauf peut être au bourrelet central). C’est pourquoi, dans l’optique de mener une vie intellectuelle snob & enrichissante, je vous propose la liste suivante de podcasts & conférences:

1) LE PARFUM, DES TEMPLES ÉGYPTIENS AUX TEMPLES DE LA CONSOMMATION, conférence à l’Institut Français de la Mode, Annick Le Guérer

Si comme moi vous n’avez pas un nez mais une truffe, et que vous ne savez même pas ce que ça sent, le patchouli, cette conférence risque d’être délicieusement exotique. Annick Le Guérer y fait  l’inventaire des parfums au fil des siècles, en racontant l’évolution de leurs usages et de leurs ingrédients, avec une voix chevrotante qui donne envie de se draper dans une cape de velours.

Mon passage préféré est sans hésiter celui où Annick Le Guérer parle des ingrédients « animaux » entrant autrefois dans la composition des parfums: l’ambre gris, le musc et la civette. On y apprend notamment que l’ambre gris provient de l’intestin des cachalots. En effet, les cachalots sont de sales gloutons qui avalent sans mâcher, du coup, quand ils gobent des espadons, ils se font littéralement trouer le bide et sont obligés de sécréter de l’ambre pour colmater les dégâts – les résidus étant expulsés plus tard quand ils chient (oui les cachalots sont des êtres classes). C’est pour ça qu’on peut trouver de l’ambre gris flottant à la surface de la mer, ou près des cotes: vous le saurez la prochaine fois que vous sortirez votre tuba de plage.

2) ANAÏS S’EN VA-T-EN GUERRE, documentaire de Marion Gervais

Si vous avez un altermondialiste pénible dans votre entourage, il est fort probable que vous ayez déjà reçu plusieurs mails groupés vous enjoignant à regarder ce documentaire DE TOUTE URGENCE – et je sais que par esprit de contradiction, du coup, vous ne l’avez pas regardé, car vous détestez les tisanes bio et la Bretagne.

Il se trouve que c’est une grave erreur, car vous ratez 45 minutes de grognements continus clope au bec – et dieu sait comme c’est agréable de regarder quelqu’un d’aussi maigre râler avec autant de conviction. Sur une note plus sérieuse, c’est le documentaire à regarder pour se donner du courage si vous aussi vous ne supportez pas d’avoir un chef, et si vous savez qu’un jour vous direz fuck au travail salarié (quitte à manger des pâtes au thon dans un camping-car ensuite).

anais-3

3) NEVER, EVER GIVE UP, conférence TED, Diana Nyad

J’ai un avis assez partagé au sujet des conférences TED. Elles ont un côté américain parfaitement insupportable, dans le genre « je raconte des truismes à l’aide d’un powerpoint dramatique et tout le monde m’applaudit comme si j’avais sauvé le monde ». Mais il y a quand même des trucs qui valent le coup d’être reniflés, notamment les conférences où il est question de DÉFIS SPORTIFS et D’AVENTURE (je suis un wild renardeau, laissez moi).

La première conférence que je vous conseille de regarder, c’est celle ou Diana Nyad, 65 ans, raconte comment elle a réussi à relier Cuba a la Floride a la nage, en 53 heures, malgré les requins et les attaques de méduses. C’était la cinquième fois qu’elle essayait et tout le monde lui avait dit que c’était impossible. Je ne vous cache pas que cette personne est sans équivoque mon modèle féminin dans la vie.

4) WHY DID I SKI TO THE NORTH POLE?, conference TED, Ben Saunders

Afin de rétablir la parité et de changer d’environnement géographique, je vous enjoins également à regarder la vidéo dans laquelle Ben Saunders raconte l’une de ses expéditions en ski au pôle nord. A l’âge de 26 ans, il est parti tout seul en Russie avec pour objectif de relier le Canada en passant par le pôle nord. Au cas où vous auriez du mal à vous imaginer ce que ça représente, c’est le genre de ballade qui est 10 fois plus dangereuse à réaliser que de grimper l’Everest. Il y avait des ours, parfois la banquise dérivait tellement pendant la nuit qu’au matin il réalisait qu’il avait perdu tous les kilomètres accumulés la veille, et il devait se trimballer 180 kilos de nourriture & et d’objets de survie divers. Il a réussi à atteindre le pôle nord, mais il n’a pas pu aller plus loin parce que la glace fondait trop et que ça devenait dangereux (j’espère que cette anecdote vous fait culpabiliser de favoriser le réchauffement climatique en achetant des kiwis de Nouvelle-Zélande chez Carrefour).

Je sais que vous vous demandez : pourquoi s’embêter à faire tout ça alors qu’on peut tranquillement finir le pot de nutella dans le canapé en regardant les anges de la téléréalité ?

« Why? For me, this is about exploring human limits, about exploring the limits of physiology, of psychology and of technology. And it’s also about potential, on a personal level. This, for me, is a chance to explore the limits – really push the limits of my own potential, see how far they stretch. And on a wider scale, it amazes me how people go through life just scratching the surface of their potential, just doing three or four or five percent of what they’re truly capable of. So, on a wider scale, I hope that this journey was a chance to inspire other people to think about what they want to do with their potential, and what they want to do with the tiny amount of time we each have on this planet »

Capture5) ZAHIA DE Z A A, documentaire, Hugo Lopez

Je vous entends déjà mugir dans les campagnes (« on s’en fout de Zahia et de son énorme postérieur, FAILLITE DE LA SOCIÉTÉ OCCIDENTALE, à bas le foot »), mais sachez qu’avoir des préjugés sur une personne sans la connaitre, c’est mal, et que Dieu reconnaitra les siens.

Je dois vous avouer cependant que les premières minutes du documentaire sont un peu déconcertantes (on y voit Zahia déambuler dans une robe léopard et manger des plats sous cloche dans un hôtel avec plein de dorures au plafond). Et puis le film commence à se déployer, et, par petites touches successives, on commence à la trouver SUPER CHOU. Elle a une manière de parler, de bouger et de penser qui suscite d’abord la moquerie, puis l’admiration (bien sûr, je ne vous conseille pas de prendre Zahia comme modèle féminin dans la vie, épargnez-nous ça svp).

Il y a aussi une scène dans laquelle Zahia retouche la robe de mariée qui doit clôturer le défilé de lancement de sa collection de lingerie, et je dois avouer que c’est la robe de mariée la plus COOL que j’aie jamais vue jusqu’à présent (not approved by Christine Boutin).

6) LES YEUX DANS LES BLEUS, documentaire, Stéphane Meunier

Si vous tétiez encore les mamelles de votre mère en 1998, c’est pas la peine de regarder ce film, CAR VOTRE VIE N’A AUCUN SENS OK.

Le documentaire susnommé satisfera les fouines car la caméra a eu le droit de filmer l’équipe de France de foot à peu près partout : à la cantine, dans les chambres, dans les vestiaires et même dans les salles de bains – ce qui donne lieu à une scène digne d’un tutoriel beauté ou on voit Emmanuel Petit préparer consciencieusement sa queue de cheval avant un match. C’est un film qui réveillera chez vous un profond sentiment de nostalgie (la vie était tellement mieux sous Chirac), ainsi que votre fibre patriotique (car je veux pas faire le Marine Le Pen du groupe mais ça commence à bien faire ces histoires de déclin français, on a gagné la coupe du monde en 98 MERDE). Le film a été tourné juste avant que les footballeurs ne deviennent des stars internationales. Lizarazu a l’air d’avoir 14 ans et demi, Deschamps a une coupe de cheveux super ringarde et porte des slips taille haute, Zidane chante « on ira tous au paradis » et Aimé Jacquet brame « MUSCLE TON JEU ROBERT ».

A regarder en fin de week-end pour lutter contre le stress du dimanche soir.

yeuxbleus_petit

Le mois de novembre, c’est nul. Il fait froid, il pleut, votre manteau part en loques (mais vous avez la flemme d’en acheter un nouveau), vos collègues de travail ont tous décidé de se laisser pousser une moustache de pédophile en l’honneur du cancer de la prostate ET vous vous posez des questions culpabilisantes sur vos sourcils à cause de Garance Doré (OUI, ENCORE ELLE):

Avec l’âge, beaucoup de femmes perdent leurs poils de sourcil. Mais ça peut aussi arriver quand on dort toujours avec le visage du même côté sur l’oreiller. Dans ce cas, je conseille d’utiliser un sérum qui favorise la repousse des sourcils, comme le Brow Enhancing Serum Advances [C’est un sérum enrichi aux peptides qui favorise la repousse, mais prévient aussi la chute des poils. Les résultats apparaissent au bout de six à huit semaines. Tout le monde peut l’utiliser, mais vérifiez la liste des ingrédients pour voir si elle contient un produit auquel vous êtes allergique avant. A éviter aussi si une irritation apparaît après la première application]

Il est donc grand temps de se mettre en position fœtus dans le lit en compagnie de livres réconfortants – la liste suivante a été approuvée internationalement par tous les renardeaux:

1) LA BALLADE D’HESTER DAY, Mercedes Helnwein

Je l’avoue, je suis un peu jaloux de Mercedes Helnwein, parce qu’elle est rousse, qu’elle habite à Los Angeles et qu’elle possède une robe à carreaux qui éveille chez moi un profond sentiment de convoitise:

MercHelnwein_web

La ballade d’Hester Day est le livre que tout le monde aurait rêvé d’écrire tellement les descriptions qu’il contient sont pertinentes & rigolotes.

« Oncle Norman était ce genre d’homme impuissant qui a besoin d’une grosse maman pour lui essuyer la bouche après manger plutôt que d’une femme qui se balade sur des talons hauts. Et Margaret était exactement la personne qu’il lui fallait. Elle appartenait à cette catégorie de femmes qui en savent davantage sur le broyeur à ordures que le plombier. Elle savait quoi faire en cas de morsure de serpent à sonnette, comment cuisiner de mauvais repas avec beaucoup de protéines, comment faire tomber à genoux un homme qui lui aurait pincé les fesses et probablement aussi comment plaquer au sol un sanglier sauvage. »

C’est l’histoire d’Hester Day, qui vient d’avoir le bac et qui comme nous tous refuse d’aller à la fac parce qu’elle pressent que les études supérieures ne sont qu’une vaste fumisterie visant à étouffer dans l’œuf les rêves de maternelle et à se marier avec quelqu’un de pénible travaillant dans la finance. Hester Day décide donc de se casser en van et d’explorer l’Amérique profonde en compagnie de son petit cousin et d’un type ténébreux rencontré à la bibliothèque municipale. Je n’en dis pas plus, ce livre est tellement COOL que j’ai corné pratiquement toutes les pages – seul bémol: l’édition française vient juste de sortir et du coup il n’existe pas encore en poche (du coup si vous aussi ça vous fait chier de payer 25 boules pour un objet rectangulaire et massif prenant toute la place dans votre sac, je vous conseille d’attendre un peu).

2) SHEILA LEVINE EST MORTE ET VIT A NEW YORK, Gail Parent

Bon j’avoue, j’ai eu des petits doutes car ce livre était conseillé par le magazine LES INROCKUPTIBLES, et tout le monde sait qu’il faut fuir leurs journalistes comme la peste bubonique. Mais, il se trouve que c’est plutôt rigolo et que ça parle de youpineries, ce qui est parfaitement idoine pour un mois de novembre. C’est l’histoire de Sheila Levine, qui est grassouillette, vit à New York et que sa mère juive harcèle en continu car elle ne réussit pas à se marier. Rien de bien nouveau à se mettre sous le coussinet, mais toujours agréable à lire en robe de chambre en pensant aux femelles qui vivent l’enfer continu du shopping > régimes > recherches de mâle dans des soirées ennuyeuses où tout le monde mange trop de chips aux fromage > fornications ratées sur des lits qui grincent > mycoses plantaires.

- « Fais-moi plaisir. Inscris-toi sous S. Levine dans l’annuaire. On sait jamais avec tous ces cinglés dans la ville. Il y a des hommes qui appellent des filles pour leur dire des obscénités au téléphone. Alors écoute ton père et mets S. Levine. Comme ça, ils sauront pas si tu es un homme ou une femme ».

T’inquiète qu’ils le savent bien, Papa. Il y a que des filles au père angoissé qui mettent leurs initiales dans le bottin.

3) LA LAMENTATION DU PRÉPUCE, Shalom Auslander

Oui je sais, cette liste de livres fait très préparation pour Hoshanna, mais c’est le coup de Sheila Levine qui m’a fait penser à celui-là. C’est l’histoire d’un futur père, juif & angoissé, qui se demande s’il va faire circoncire son fils et qui pour ce faire se replonge dans son enfance. Comme vous vous en doutez, l’essentiel de l’intrigue pourrait se résumer à: « vengeance entre kippas, fuck mes parents et la religion », et c’est pas très intéressant. Ce qui devrait vous faire frétiller la rate de curiosité par contre, c’est la liste de tous les interdits (alimentaires, technologiques, etc) auxquels les juifs pratiquants doivent se soumettre, avec exemples à l’appui. Très utile pour pouvoir briller en société (et au moins comme ça vous saurez que c’est pas casher de manger des invertébrés).

4) MÉTHODE DE MUSCULATION AU FÉMININ, 80 EXERCICES SANS MATÉRIEL, Olivier Lafay

Parce que ça va bien 5 minutes d’avoir des bras de tyrannoaurus rex (je vous mets une photo pour illustrer parce que je sais qu’il y a des incultes dans le groupe) et qu’il est grand temps de faire des POMPES et des TRACTIONS. Et puis l’avantage de cette méthode, nous la connaissons tous: c’est qu’on est pas obligé de se trainer comme un mollusque à la salle de sport et qu’on peut faire les exercices sur le tabouret de salon tout en écoutant le masque et la plume.

T-Rex-Toilets

- « Comment ça se fait que Jean-Marie Le Pen ne vous ferme pas les portes du FN? »

- « Je ne sais pas. Je dois être brave type. On est gros tous les deux, je ne sais pas. Il y a un truc, cela ne s’explique pas. »

- Serge Moati, interrogé à propos de son documentaire sur la famille Le Pen

Aujourd’hui, nous allons aborder un problème de taille: le bourrelet central. Le sujet est polémique mais nous n’avons pas peur de nous faire mordre la fesse (comme Eric Zemmour).

Afin de délimiter le cadre de la discussion (et de bâillonner dès le départ les bramements indignés), nous éliminerons de notre propos les personnes souffrant de maladies chroniques ou hormonales, et nous nous concentrerons sur ce fléau de la société moderne: les filles grassouillettes au régime.

Vous la sentez venir la grosse contradiction?

Car les filles grassouillettes au régime:

  • se plaignent de subir des moqueries à cause de leur apparence physique (« les gros sont des exclus de la société moderne, des parias, que dis-je, des populations DISCRIMINÉES, à quand le gros-power afin que nous soyons enfin reconnus comme des êtres humains à PART ENTIÈRE? ») et réussissent, par un tour de force quasi mystique, à être odieuses envers les gens maigres (« non mais tu vois pour moi une femme c’est pulpeuse, comme Kim Kardashian, d’ailleurs sur les tableaux de Rembrandt tout le monde était grassouillet et nu dans l’herbe… c’est ça être une Femme! Avoir des formes! Pas comme ces sacs d’os de mannequins qui ressemblent à des planches à pain! »)
  • grognent en continu car elles ont l’impression de faire PLEIN D’EFFORTS pour maigrir et que ça ne marche JAMAIS. A les écouter, on a l’impression que malgré une vie monacale faite de squats, pompes et salades de concombres, rien ne se passe les gars (un peu comme si le fait d’avoir un bourrelet central était un truc totalement gratuit et indépendant de leur volonté, et n’avait aucun lien avec leur mode de vie de mollusque accro au nutella). Car la femelle grassouillette n’hésite pas à brandir les preuves de son intégrité sportive (selfie posté sur instagram en total look Nike juste avant d’aller faire 3 génuflexions sur son tapis de bain face à des vidéos youtube) et diététique (description par le menu de la rationalité scientifique sous-tendant le régime ducan, la secte paléo, les cochonneries hyper-protéinées de diet avenue)…et en général ce qui finit par arriver, on le sait tous: la femelle en question finit par se priver de cantine tous les midis (parce que l’été dernier pour le mariage de sa cousine elle a fait ça pendant 3 mois et nom d’un rat elle a perdu 5 kilos (elle avait aussi la peau du ventre qui pendait mais là n’est pas la question) et pourquoi ne pas retenter l’expérience?), du coup elle ère dans les couloirs aux alentours de 14h, le ventre vide, en grognant à qui ne veut pas l’entendre que sa vie est DIFFICILE, puis elle va s’acheter un gâteau (« ouai mais c’est pas un écart tu vois, j’ai compté le nombre de calories et c’est largement moins que si j’avais fait un repas normal »)

On en a marre des filles grassouillettes. Faites quelques chose, allez faire un stage en Somalie, faites enfin ce célèbre cours de sport où 30 minutes d’électrocution = 6 heures de sport effectif, et ARRÊTEZ

DE NOUS FAIRE CHIER.

De toute façon, c’était mieux sous Chirac.

Aujourd’hui, nous allons parler d’un problème actuel qui ravage la vie de milliers de renardeaux: le vol de vélo (je ne sais pas pourquoi Jean-François Copé et Eric Zemmour ne se sont toujours pas emparés du sujet alors que tant de bons français sont concernés par ce problème: OMERTA MÉDIATIQUE?!?)

Il se trouve que je viens de me faire voler mon vélo, mon précieux, pour la 2e fois en moins d’un an. Et ce, malgré l’achat ruineux d’un cadenas grosse bite de la marque Abus et le choix d’un vélo d’occasion correspondant en tous points au qualificatif de « vieille croûte » (antiquité suédoise datant des années 1800, frein à rétropédalage déficient, pas de vitesses, dynamo émettant un bruit de scie à métal faisant fuir les passants sur un rayon de 5 kms, apparence générale suscitant le ricanement des proches).

abus-cadenas-velo-1060-110-noir-10-mm

Il était gros et pas pratique, j’étais obligée de pédaler comme un hamster en cage pour arriver à l’heure au travail, mais j’avais de l’affection pour lui. Je crois que lui et moi, nous nous ressemblions: nous avions le même rejet de la modernité et l’amour des choses douillettes (sa selle ,notamment, était une merveille en cuir, montée sur ressorts, englobant la Fesse à la perfection).

Il paraitrait (je prends des pincettes afin de ne pas passer pour le Marine Le Pen du groupe) qu’il est l’une des nombreuses victimes collatérales du trafic de vélos qui sévit actuellement dans nos contrées prospères, et ce en direction de la POLOGNE.

Qui sont ces gens? Quels sont leurs réseaux? Mangent-ils des pâtes au thon au petit déjeuner? Peut-on encore les considérer comme des membres de l’espèce humaine? Dieu seul le sait, beaucoup de questions, peu de réponses.

Si vous aussi vous ne supportez pas de prendre les transports en commun car ça pue du slip, et que vous vous faites voler votre vélo à une fréquence qui dépasse l’entendement, n’hésitez pas à témoigner dans les commentaires (comme ça avec un peu de chance Christine Boutin tombera sur cet article et lancera une pétition).

enhanced-6530-1412686097-21

 

« A 20 ans on a le visage que la nature nous a donné, à 50 ans on a celui qu’on mérite » – Coco Chanel

Parlons peu parlons bien parlons poils sous les bras féminisme.

Récemment, je me suis fait la réflexion qu’entre les féministes des blogs de mode et les féministes des jeux vidéos, on n’était pas gâtés par la nature. Je vous propose un plan en deux parties afin d’étayer ma démonstration:

1) Les féministes blogs de mode:

Espèce terrible qui a cru que Sex and the City, c’était la libération de la femme parce que ouai tu vois, maintenant qu’on a une grosse bite un salaire décent on va pouvoir s’acheter des chaussures loubout à 5000 boules et réquisitionner une pièce entière de l’appart (à laquelle notre mâle n’aura JAMAIS accès) pour avoir un dressing de princesse.

C’est le genre de femelles, quand je les croise et que je les entends parler du girl power, j’ai envie de leur mordre le gras de la fesse jusqu’au sang – parce qu’on sait tous que les féministes blogs de mode, ce ne sont pas des féministes mais des DICTATEURS. Ce sont les bandes de pestes de notre classe de CE1 qui avaient des cartables Barbie et faisaient manger des vers de terres à leur harem de garçons. Ce sont les personnes pénibles qui, une fois sorties de leur école de commerce, se font chier à Paris à travailler dans « le marketing et la communication » et passent leur journée sur vente privée (tout en barbotant « plan de carrière » à l’afterwork du soir). Et le pire est que ces gens pensent avoir une quelconque justification intellectuelle à leur comportement consumériste & grande gueule vu que Rihanna, Beyoncé, les SPICE GIRLS et même Emma Watson sont féministes aussi mvoyez quoi.

2) Les féministes jeux vidéo:

Alors il se trouve que fut un époque où ces personnes avaient toute mon aimable attention car il faut bien avouer que l’article de Mar_Lard sur le sexisme dans les jeux vidéos m’a fait frétiller de joie le coussinet. Suite à la lecture de cette démonstration de force, j’ai eu envie de suivre la sus-dénommée sur Twitter, et là…ça a été la dépression. Car Mar_Lard passe sa putain de vie à twitter sur le féminisme (mais alors, tous les trucs chiants & chiants qu’on a entendus 10 000 000 002 fois genre ragnagna l’avortement et Eric Zemmour et les médias phallocratiques) et à rentrer dans le lard de trolls qui n’attendent que ça, la polémique inutile. Le tout sur un ton inutilement péremptoire et agressif qui n’est pas sans ressemblance avec le grognement du marcassin adolescent en période de mue, qui ne rêve que de planter ses grosses canines dans une truffe [d’ailleurs, si vous ne savez toujours pas ce que sont les cochongliers et les sanglochons je ne peux que vous conseiller la lecture de la page « sanglier » de wikipédia].

Et autant les féministes blog de mode sont plutôt des animaux solitaires (plus efficace pour choper du sac Birkin vintage), autant les féministes jeux vidéo agissent en bande. Si vous voulez passer un mauvais moment sur twitter, je vous conseille donc de suivre Crêpe Georgette, Daria Marx ou Gaëlle-Marie Zimmerman – ambiance « je suis grosse et je râle en groupe contre les geeks boutonneux peuplant les réseaux sociaux », bataille de débiles garantie.

LA CONCLUSION

Il faut retourner lire Simone de Beauvoir dans sa couverture en laine verte qui gratte et cesser de la ramener tout le temps, c’est chiant (sauf Viriginie Despentes car cette personne a mon admiration sans faille et éternelle, bisou sur la fesse droite).

despentes

Je ne sais pas vous mais moi, quand je me fais chier comme un rat mort au travail, je cherche des citations rigolotes et des listes de livres pour l’hiver. Aujourd’hui par exemple, je suis tombée sur une citation tout à fait réjouissante de Stephen King:

« Les sénateurs et représentants américains qui refusent, ne serait-ce que d’envisager d’augmenter les impôts des riches, et gémissent comme des bébés geignards (en général sur Fox News) chaque fois que le sujet revient sur le tapis, ne sont pas, pour la plus grande majorité, immensément riches. Simplement, ils idolâtrent les riches. Ne me demandez pas pourquoi; je ne les comprends pas non plus, puisque la plupart des riches sont aussi ennuyeux que de la merde de vieux chien mort. »

Maintenant que nous avons parlé de caca, si vous le voulez bien, nous allons attaquer les choses sérieuses.

Comme chacun le sait, le milieu du mois de septembre est la période la plus déprimante de l’année car elle sonne le début de l’automne – parce que soyons clair, personne ici n’est blogueuse mode et nous ne kiffons pas nous acheter des vêtements couleur feuille morte à 300 boules pour fêter notre amour pour la rentrée des classes et les jours qui déclinent. Par conséquent, une liste de livres à lire douillettement calé contre le radiateur est indispensable pour surmonter la dépression (si vous vivez dans une ville dont le chauffage municipal n’a toujours pas été allumé, oubliez cette dernière phrase, je partage votre angoisse).

1) DANS LES FORÊTS DE SIBÉRIE, Sylvain Tesson

Sylvain Tesson a la vie que tous les renardeaux rêveraient de mener: il passe son temps à explorer la planète et vit de ses récits de voyage. Pour ce livre, il est allé faire l’ermite pendant 6 mois dans une cabane en bois au bord du lac Baïkal. Idéal pour avoir l’impression d’être un aventurier de poche alors qu’on est bien au chaud dans sa couette rose en plume de canard. En bonus: apprendre que l’insulte préférée des gros russes des bois est: « putain de bite ».

« La vie dans les bois permet de régler sa dette. Nous respirons, mangeons des fruits, cueillons des fleurs, nous baignons dans l’eau de la rivière et puis un jour, nous mourrons sans payer l’addition à la planète. [...] L’idéal serait de traverser la vie tel le troll scandinave qui court la lande sans laisser de traces sur les bruyères. »

TESSON_baikal

2) JEUNE FILLE, Anne Wiazemsky

Anne Wiazemsky est rousse et fut en son temps l’épouse de Jean-Luc Godard, mais elle vécut la période la plus intéressante de sa vie avant sa rencontre avant le cinéaste le plus mollusque de tous les temps. En 1962, alors qu’elle est en classe de Première, elle est introduite auprès de Robert Bresson, qui lui donne le rôle principal de « Au hasard Balthazar » (oui cette phrase est un copié-collé des plus honteux de Wikipédia, mais c’est pour situer le contexte). Jeune Fille fait le récit du tournage, mais c’est surtout un prétexte pour raconter ses années lycée, ses premières histoires d’amour, la construction de sa personnalité et la découverte enthousiasmante que le futur était plein de possibilités.

« C’était le printemps et pour la première fois depuis deux ans, depuis la mort de mon père, je l’attendais avec impatience. Dans mon cahier de textes, j’avais recopié ces lignes extraites d’un roman de mon grand-père, François Mauriac : « Le bonheur, c’est être cerné de mille désirs, d’entendre autour de soi craquer les branches. » Si la première partie de cette définition m’était encore inconnue, je commençais à entrevoir la seconde : j’écoutais, j’entendais « autour de moi craquer les branches ». C’était diffus, nouveau, troublant. »

tumblr_mhganyj3co1r1a640o1_5003) FAUT-IL MANGER LES ANIMAUX?, Jonathan Safran Foer

Parce que c’est la rentrée et que c’est le moment de prendre des décisions cruciales au sujet de votre alimentation afin de mettre un terme à cette consommation excessive de Nutella et de saucisson Justin Bridou (tmtc).

4) GONZO HIGHWAY, Hunter S. Thompson

On ne retient souvent de Hunter Thompson que Las Vegas Parano et c’est bien dommage car cette personne a écrit des choses bien plus intéressantes que des récits de courses de chauve-souris sous acide. Gonzo Highway est une compilation enthousiasmante de lettres d’insultes adressées à diverses personnes (fabricants de vêtements, créanciers, ennemis divers & variés, journalistes). Idéal pour trouver de l’inspiration avant d’aller insulter la SNCF ou de commencer sa lettre de motivation (si vous aussi vous avez du mal à remplir la partie « qualités et défauts »):

« I am not very likeable, I hate people, I just want to be left alone and I fell too superior to mingle with the average person »

5) MERCI POUR CE MOMENT, Valérie Trierweiler

Car Valoche est classe, Valoche est belle, Valoche a le Brushing toujours Impeccable et Valoche est jalouse. Et c’est pas la peine de brâmer qu’on vous gonfle avec ce livre et que vous ne le lirez JAMAIS car tout le monde sait très bien que vous galopez sur Reddit dès que vous pouvez pour lire avec délectation les derniers extraits de ce que vous qualifiez par ailleurs « un truc pas intéressant dont tout le monde se fout qui décrédibilise la fonction présidentielle ». Moi personnellement, j’ai beaucoup appris de la personnalité cachée de FH quand j’ai ouï dire qu’il ne mangeait que des fraises gariguettes.

Valerie-Trierweiler-hospitalisee-pour-une-duree-indeterminee

« If a man does not keep pace with his companions, perhaps it is because he hears a different drummer. Let him step to the music which he hears, however measured or far away. » – Thoreau, Walden

Je sais que j’avais promis « la suite demain » et que vous, lecteurs fidèles et si nombreux sur ce blog êtes tellement déçus que depuis, vous gisez en position fœtale au fond de votre lit en brâmant « PLUTÔT CREVER QUE DE ME LEVER PARCE QUE VOUS ME LE DEMANDEZ LAISSEZ-MOI MANGER MA BANANE« …mais je suis une blogueuse active et débordée voyez-vous (et j’étais trop occupée à manger du beurre de cacahuètes en me léchant les coussinets).

Aujourd’hui donc, une liste de blogs à la fois douillets et rigolos, tenus par des journalistes névrosés free-lance, des artistes incompris et des justiciers en slip.

1) SIMONE DE BOUGEOIR

Alors je suis un peu désolée de l’écrire, mais le dernier article de ce blog s’intitule:

« Fin. Merci à tous pour vos messages. Je vais mieux, ne vous inquiétez pas, je n’ai simplement plus envie d’écrire sur ce blog »

Bon alors dit comme ça ça fait très Valérie T. venant de se faire larguer par François et fuyant en Inde sous les flashs des paparazzis, mais il se trouve que ce blog était initialement très rigolo, plutôt bien écrit et très axé « culture moderne débile » (vous serez donc servis si vous aimez à la fois Céline Dion et les vidéos de chat, comme moi). ça me fait penser à un autre blog qui ne mérite pas son paragraphe à part quand même car il ne faut pas exagérer mais qui s’appelle « Le Professeur Debbie vous aime« . C’est rigolo aussi, mais par contre on ne peut pas le lire trop longtemps parce que le fond rose criard pète les yeux et qu’il y a plein d’images pas du tout « lieu de travail friendly ».

debbie-header

2) GIRLS AND GEEKS

J’aime toujours (nous reviendrons sur ce « toujours » qui donne une tournure inquiétante à la phrase) car on y trouve 1) des images débiles trouvées sur internet 2) des anecdotes marrantes sur l’accouchement et les enfants 3) parfois des articles un peu profonds sur les Enjeux qui Agitent Internet Aujourd’hui et 4) des paragraphes déculpabilisants sur la glandouille et la vie des journalistes précaires. CEPENDANT, parfois je suis pas content parce que je trouve que cette mode de faire des livres à partir d’articles de blog, ça craint du slip et c’est une insulte à la littérature (mais je suis un être aigri)

3) ELIXIE

Encore un roux (faut-il y voir un complot?), mais sans les problèmes capillaires cette fois. C’est vraiment LE blog douillet par excellence, dans lequel on rentre en toute confiance avec son pyjama en pilou et sa tartine de beurre salé à la main, en sachant qu’on ne pourra pas être déçu. Et si je devais me lancer dans un seul qualificatif grotesque & exagéré pour décrire le contenu de ce blog, je dirais que c’est celui d’un Hunter Thompson français à tâches de rousseur, sans le côté « drogues et pamplemousse » (oui car je ne sais pas si vous savez, enfin moi je trouve cette anecdote plutôt intéressante, mais Hunter Thompson mangeait PLEIN de pamplemousses. Tous les jours. C’était sa nourriture de base. Hé ouai).

IMG_20140610_233655-e1406191543453

4) DIASTÈME

Il parait que cette personne (un mâle! le premier de notre liste!) écrivait pour le magazine 20 ans – j’en parle donc comme d’un fait préhistorique car je ne savais pas lire à cette époque, je suis un chiot de lait moi encore. Du coup quand je lis son blog, je me sens nostalgique d’une ère que je n’ai pas connue et je ne sais pas pourquoi… et puis j’ai envie de recopier plein de passages dans un petit carnet et de les relire dans les moments où ça va pas.

« La plupart des émotions, on ne nous les apprend pas. Il n’y a pas de cours d’émotions, ni de cours de sentiments à l’école, tout ce qu’il y a d’important dans la vie on ne nous l’apprend pas à l’école, on l’apprend dans la vie. L’amour, la mort, la haine. La jalousie, la rancœur, le dégoût. La folie, la tristesse, le bonheur. Le désespoir. Ce sont des sentiments, des émotions, c’est ce qui fait de nous des hommes. Au fil des années, on commence à comprendre, à connaître, on a déjà ressenti ça. Parfois un sentiment nouveau nous envahit, on est surpris, on ne connaît pas. Plus on vieillit et plus c’est rare, mais ça arrive, On a déjà aimé quelqu’un, mais pas comme ça. On a déjà été blessé, mais pas comme ça. On a déjà été heureux, mais pas comme ça. Ce sont des nouvelles émotions, bonnes ou mauvaises, ça nous fait battre le cœur autrement. On se dit que la vie est bien faite, on se dit qu’on ne connaît rien à rien, on se dit que Jean Gabin avait raison : on sait qu’on ne sait jamais. »

5) SOLANGE TE PARLE

Peut-être que l’évocation de son nom vous fera brâmer comme tous les néo-hypes qui peuplent le terrifiant tumblr « Solange te parle pas » – si c’est le cas, j’aimerais que vous quittiez d’office ce blog CAR NOUS N’ALLONS JAMAIS NOUS ENTENDRE OK. Malgré les défauts évidents des vidéos de Solange (cheveux sales, voix de mémère quand elle parle à son chien moche sans poils, adoration pour Lars van Trier, diction pénible, tendances nudistes), sa page youtube est pourtant le meilleur endroit dans lequel vous réfugier si vous souffrez d’un exéma génital et que tout sens de la vie vous échappe. Je porte une affection démesurée à Solange, parce qu’elle a des grosses joues de hamster, qu’elle fait du yoga, est inadaptée au monde moderne, vit cloitrée dans son appartement et est en semi échec professionnel.

« Entre toi et moi…cette vie n’est pas sérieuse. Faire comme dans la vie ne m’intéresse pas. Parce que la vie me pèse. Donc j’aime faire autrement que dans la vie. Je pense qu’on accède à des plaisirs très subtils et gratifiants quand on accepte d’être déstabilisé par des choses qui nous sont un peu étrangères. Entre gens sensibles, j’ai l’impression que la diction, l’élocution est un meilleur véhicule de mon amour vers toi que le thème, le sujet, le contenu »

1530370_530850783688503_642052446_n

6) CHRONIQUES JUDICIAIRES

Si comme moi vous aimez vous insurger sur des trucs révoltants….bref téléphonez moi. J’affectionne énormément les blogs contenant des comptes-rendus de procès, je ne sais pas pourquoi. Je crois qu’en fait je trouve ça bassement RIGOLO. Exemple, trouvé sur le fil twitter de Maitre Eolas à propos d’une femme qui s’est fait violer par son voisin pendant 1 mois de la façon la plus violente qui soit mais qui continuait à lui ouvrir la porte:

« La victime est terrifiée par lui et explique être gentille avec lui en espérant qu’il deviendra gentil. NB : mesdames, ça ne marche jamais« .

Le problème, c’est que les blogs judiciaires sont en général tenus par des avocats, et que ces personnes ont de toute évidence en gros souci avec le concept de concision (oui Maitre Eolas, ENCORE TOI). Une alternative à ce fléau est donc le blog tenu par Pascale Robert-Diard, journaliste au Monde. Un blog délicieusement désuet et attachant:

- « Pourquoi avez-vous décidé de tout quitter? », lui demande l’avocat général.

- « J’ai pas tout quitté, j’avais rien.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.