archive

présidentielle 2017

Salut les sales,

Cette semaine franchement c’est n’importe quoi.

Par exemple, cet après-midi je suis allé prendre du chocolat dans la boite à chocolat (OUI je possède une boite dans laquelle je range mes chocolats. Ne me jugez pas merci). Et là mon mâle m’a dit « attention: tu fais le jeu du FN ».

DSC_4727

la boite à chocolat en question

Et il avait pas tord de me dire ça: cette remarque était en droite ligne avec la foire au boudin de la connerie qui a lieu depuis une semaine à la télé et sur les réseaux sociaux. C’est simple: si t’as le malheur de dire que le 7 mai, tu penses s’abstenir, tout le monde sort son gourdin pour te le taper sur le crâne parce que soit disant tu fais le jeu du FN (il faudrait qu’à un moment quand même les gens se rendent compte que ce qui fait le jeu du FN, c’est les gens qui votent FN, ainsi que les politiques économiques libérales et les blogs de mode. Personne d’autre ok).

Mais pourtant, malgré mon grugru instinctif au sujet de tous les appels au vote utile, plus les jours passent et plus je culpabilise à l’idée de voter blanc (exemples d’articles culpabilisants).

Du coup comme je suis quand même un citoyen modèle, j’ai décidé de lire les programmes de Marine Le Pen et d’Emmanuel Macron pour essayer d’avoir un avis un minimum objectif sur la question (spoiler: en fait je voulais me rassurer et me dire que le programme de Macron était pas si terrible que ça comparé à celui de Le Pen).

DSC_4726

le résultat de mon investigation: en direct live de mon bullet journal tavu

Conclusion: on a pas le cul sorti des ronces.

D’abord on observe (juste visuellement) que le programme du FN est beaucoup plus fourni que celui d’En Marche (tant du côté des points positifs que des points négatifs). Constat qui s’explique par une raison simple: le programme du FN comporte 144 propositions, quand le programme d’En Marche en comporte un peu moins de 100 (soit un tiers de moins).

Ce constat effectué, je me suis heurté à deux difficultés.

La première difficulté, c’est que j’avais pas assez de place dans la colonne « moins » pour noter tous les trucs du programme du FN avec lesquels j’étais pas d’accord. J’ai donc gardé seulement les points que j’estimais être « les pires » mais à la relecture, je ne sais pas si on saisit bien tout le potentiel caca de ce programme (la proposition la plus WTF étant sans conteste la numéro 15: « Mettre en place un plan de désarmement des banlieues concernées et de reprise en main par l’État des zones de non-droit. Cibler les 5 000 chefs de bandes délinquantes et criminelles identifiées par le ministère de l’Intérieur. Afin d’empêcher leur reconstitution, instaurer en complément de la peine pénale l’injonction civile d’éloignement« . J’en connais qui vont se prendre des matraques dans le cul à minuit alors qu’ils avaient rien demandé et qu’ils dormaient tranquilles dans leur lit).

Mais la seconde difficulté, c’est que j’arrivais pas non plus à trouver suffisamment de trucs biens dans le programme de Macron pour remplir la colonne des « plus ». Parce que entre les selfies de groupes de gens qui ont l’air hyper contents d’être en marche et les propositions complètements creuses écrites en rose fluo, il y avait quand même pas grand chose, dans son programme. J’ai dû me creuser la tête pendant une bonne demie-heure pour parvenir à trouver les quatre minuscules points que j’ai mis dans la colonne des points positifs (sachant que le 50% de bio dans les cantines scolaires et les restaurants d’entreprise, c’est pas la grosse révolution non plus…).

Je suis alors allé trouver mon mâle (alias le gros abstentionniste du groupe) pour lui amener le résultat de mon enquête ficelé entre mes dents. En mode « ok le programme de Manu est complètement creux et vide mais lui au moins ne va pas nous mettre de matraque dans le cul ». Le mâle a jeté un regard méprisant à mon bullet journal et a lâché un lapidaire:

-« T’as pas marqué ce que Macron a dit, au sujet des retraites. »

Qué retraites? Je suis allé revérifier, il a quasiment rien mis à ce sujet dans son programme, hormis « nous mettrons fin aux injustices de notre système de retraites » et « nous ne toucherons pas à l’âge de départ à la retraite, ni au niveau des pensions« . C’est là que je me dois de vous livrer une information importante sur la Vie (avis au plus jeunes d’entre vous): si quelqu’un vous annonce qu’il ne va pas faire un truc, méfiez-vous, en général ça sent le pâté. Du coup que dit vraiment Macron au sujet des retraites? Sous l’anodine phrase « nous mettrons fin aux injustices de notre système de retraites« , ce qu’il  veut en fait, c’est passer à un système de retraites par points. Système nettement moins bisounours que prévu, comme le souligne cet article du Monde:

Emmanuel Macron précise par ailleurs qu’il maintiendrait l’âge légal de la retraite à 62 ans et le montant des pensions, mais cette promesse est toute relative. Elle serait sans doute vraie sur son éventuel quinquennat, puisque la réforme mettrait « environ dix ans » à entrer en œuvre. En revanche, une fois effective, le montant des retraites pourrait varier. Dans un régime par points, le montant des retraites n’est pas garanti (comme il l’est actuellement) puisqu’il varie en fonction de la « valeur du point » dans le système classique, ou du « coefficient de conversion » dans le système de comptes notionnels. En 2010, le Conseil d’orientation des retraites avait simulé un passage à la retraite par points mais avait souligné la difficulté à en évaluer les effets sur les pensions, qui dépendent notamment de la définition du coefficient. En outre, le calcul du coefficient de conversion inciterait globalement à travailler plus longtemps: il prend en compte l’âge de départ : plus une personne décide de prendre sa retraite tard, plus sa pension est élevée. Il prend aussi en compte l’espérance de vie de la génération à laquelle appartient l’assuré. Maintenir un niveau fixe de pension si l’espérance de vie augmente supposerait donc de retarder l’âge de départ à la retraite.

Et TOUT dans son putain de programme est comme ça. L’exemple le plus connu étant celui de l’assurance chômage, qui sera étendue (selon le programme) même aux gens qui démissionnent MAIS qui interdira à un chômeur (selon les réponses données par Macron quand les journalistes le poussent sur le sujet) de refuser plus de deux offres d’emplois sous peine de perdre ses droits.

Screenshot from 2017-04-28 08-40-13

On en revient donc au même point que lors de l’élection de Trump vs Hillary. On nous demande de choisir entre un programme ouvertement caca et un programme un peu moins caca, mais qui a la désagréable habitude de se parer des habits du bien pour forcer les gens à voter pour lui.

Et vous savez quoi? ça me fait chier. Je sais pas ce que je ferai le 7 mai du coup (si vous pensiez que j’allais vous dire quoi faire, vous l’avez dans le cul). Mais je vous laisse avec cette vidéo de François top chouchou Ruffin, qui me semble être la seule personne à dire des trucs intelligents en ce moment (merguez et cool citation de Gramsci incluses):

« On connaît des pensées imbéciles, des discours imbéciles qui sont faits tout entiers de vérités »

-Gilou Deleuze

Oh putain les amis l’heure est grave.

Vous avez vu les sondages de ce matin ? Il parait qu’Emmanuel Macron a été le candidat le plus convaincant lors du débat d’hier soir sur TF1. Alors comment vous dire ? Deux possibilités : soit a) les français sont cons, soit b) les sondages sont truqués. Il n’y a pas d’autre possibilité. Comment peut-on dire qu’Emmanuel Macron a remporté le débat ??? Il a été transparent du début à la fin. Il a pas été foutu d’avoir une seule opinion tranchée à propos de quoi que ce soit. Il a été tellement NUL que j’ai même été d’accord avec Marine Le Pen quand elle l’a interpellé à ce sujet (c’est pour vous situer le niveau de gravité du truc) :

-Vous savez quoi Monsieur Macron? Vous avez un talent fou: vous arrivez à parler sept minutes et je suis incapable de résumer votre pensée. Vous n’avez rien dit! Rien dit! C’est le vide absolu! Non mais moi, j’attire l’attention des français, quand même. Je voudrais qu’ils s’attachent à vérifier qu’à chaque fois que vous prenez la parole, vous dites un petit peu de ceci, un petit peu de cela, et jamais vous ne tranchez. On ne sait pas ce que vous voulez, et honnêtement, je trouve ça très inquiétant.

-Mais Madame Le Pen. Si vous n’avez pas compris: je ne veux pas pactiser, comme vous, avec Monsieur Poutine. Si vous n’avez pas compris, contrairement à vous, je veux une politique française forte mais responsable…

-Mais ça veut rien dire, une politique forte mais responsable!

-Contrairement à vous, je propose d’avoir une France forte dans une Europe que j’assume pleinement, c’est notre grand désaccord…

-C’est de pire en pire!

Comme vous l’aurez compris, je suis assez aigri par cette présidentielle (doux euphémisme). Et comme je soupçonne qu’il y a parmi vous des ectoplasmes qui envisagent de voter Macron, voici le top 5 des raisons pour lesquelles cela n’est pas une bonne idée.

macron-1

1.Emmanuel Macron se tape sa prof. Je m’en fous s’il y a des féministes dans la salle, insurgez-vous autant que vous voulez en mode « où est le problème avec les femmes matures », ça ne me fera pas changer d’avis. Qui se tape sa prof de français du lycée, sérieusement ? Hormis quelqu’un qui a une relation psychotique avec le concept d’autorité et qui rêve d’être le premier de la classe pour se faire adouber par les puissants ? En plus Brigitte, elle commence à nous emboucaner avec ses vêtements de luxe et ses couvs Paris Match.

2.Emmanuel Macron n’est pas un candidat anti-système : c’est le candidat des riches. Vous pouvez pas savoir comme ça me fait rager que Macron se permette de se qualifier « d’anti-système ». Le sens des mots, merde ! Le mec a été ministre de l’économie, il a fait l’ENA, il a été banquier d’affaires chez Rothschild, il est soupçonné d’avoir fraudé le fisc, il est soutenu par un bon paquet d’élites économiques…comment peut-il être persuadé avoir accompli tout ça grâce à son seul mérite ? S’il est là aujourd’hui, c’est parce qu’il est un pur produit du système (et ça arrange bien des gens qu’il soit élu, parce que c’est l’assurance que rien ne changera). Cela étant dit, si Macron est malhonnête au sujet du choix des mots, les gens sont cons aussi. Je connais des gens qui sont prêts à voter pour lui juste à cause de l’image qu’il se donne. Genre : « je suis le futur Justin Trudeau français, votez pour moi, je suis tellement cool ». D’où on vote pour quelqu’un parce qu’il est cool ? Le mec est tellement décontracté du slip dans son trip « je suis un pur produit marketing » qu’il ne s’est même pas fait chier à pondre un programme. Pour rappel Macron a mis son programme en ligne seulement début mars. Soit moins de deux mois avant le premier tour de la présidentielle (l’équipe du Front de Gauche bosse sur le sien depuis 5 ans). Et puis cette histoire de « je ne suis ni de droite ni de gauche, je ne suis pas dans l’idéologie ». Mais c’est justement le propre de l’idéologie dominante, d’être incapable de se reconnaître comme telle ! Macron a une idéologie, et c’est celle du libéralisme.

3.Emmanuel Macron n’a rien du vote utile. Ouai parce que ça c’est quand même l’argument top bambou qu’on entend partout en ce moment. Si vous voulez pas vous taper Fifi parce qu’il est trop corrompu, et si gros Marine vous fait peur, une seule solution : Emmanuel Macron. Mais qu’est-ce que c’est que cette idée de merde ? D’où elle sort, d’abord ? Des sondages ? Mais les mecs, rentrez-vous ça dans le crâne, sondage n’est pas synonyme de réalité. Regardez ce qui s’est passé avec le Brexit ou l’élection de Trump : les sondages n’avaient pas du tout anticipé ce qui allait se passer. Si ça se trouve, en France, en ce moment, c’est pareil. Les sondages sous-entendent que Macron est la seule alternative crédible à l’accession du FN au pouvoir, mais en vrai ils en savent rien. Qui vous dit que Macron gagnera forcément contre Le Pen au second tour ? Qui vous dit que Mélenchon, par exemple, ne serait pas plus à même de remporter la victoire dans le même cas de figure ? (le débat d’hier soir m’a sérieusement inquiété à ce sujet. Je suis persuadé que gros Marine ne fera qu’une bouchée d’Emmanuel, alors que face à Jean-Luc, ça sera une autre paire de manche). Et puis il y a potentiellement 40% d’indécis et/ou 30% d’abstentionnistes. C’est quoi le vote utile, dans cette configuration ? Ça serait pas plutôt de fédérer tous les grugru derrière une candidature ouvertement contestataire du système ? (comme celle de Philippe Poutou, par exemple?) De toute manière, il y a un truc obscène avec la manière dont les médias ont choisi leur camp depuis le début, en se basant sur les sondages : ça sera Macron, et personne d’autre. Les sondages devraient être interdits par la loi, ça fausse complètement les élections, ça pousse les gens à voter en fonction de calculs politiques et non en fonction de leurs véritables convictions. Franchement moi depuis quelques semaines, à chaque fois que quelqu’un me dit « je vote Macron pour faire barrage au FN », c’est simple : je sors mon gourdin et je l’assomme (je vous conseille de faire pareil par chez vous, ça détend).

11-1-e1488192211435

moi face au mouvement « les jeunes avec macron »

4.Pourquoi devrait-on être obligés de choisir entre d’un coté, le fascisme de l’extrême droite et de l’autre, le libéralisme débridé ? Et pourquoi nous fait-on croire que l’un des deux choix est plus vertueux que l’autre ? D’où vous pouvez être certains que c’est mieux d’élire Macron que d’élire Le Pen ? Alors c’est sûr, si Marine Le Pen est élue, les conséquences seront assez vite visibles pour un certain nombre de gens (le nombre de matraques dans le cul augmentera exponentiellement dans les banlieues, les fonctionnaires pas assez « patriotes » auront des ennuis, les gens qui mettaient religieusement tous les mois des sous sur leur compte épargne perdront toutes leurs économies quand on repassera au franc… et à la fashion week, à Paris, on pourra voir des t-shirts Chanel à 1000 boules ornés de slogans communistes tels que « résister c’est créer » (la blogueuse mode aime ressentir le doux frisson de l’engagement politique, surtout quand il s’agit de tirer sur des ambulances)). Marine Le Pen est raciste, et je suis le premier à penser que c’est un sacré problème. Mais Macron, il est libéral, et c’est un sacré problème aussi. Pourquoi on sous-estime tout le temps la violence du capitalisme ? Parce que cette violence, si elle est tout aussi réelle, est moins visible, plus difficile à théoriser ? Quand des skins ciblent un noir dans la rue, c’est « facile » de s’insurger parce la situation est binaire. Quand des entreprises licencient et délocalisent, quand le code du travail est « assoupli » pour « fluidifier » le marché du travail, il y a de la violence aussi, mais elle est moins « directe », plus difficile à théoriser, à lutter contre. Mais c’est là que le combat se joue, et il ne faut pas s’y tromper. Ce que je veux dire, c’est qu’à force de juger des programmes politiques uniquement sur l’axe « raciste / pas raciste », on se prépare à faire des sacrées conneries. Ça me fait penser à un article qui est paru dans la revue Ballast de l’automne dernier, intitulé « Bernie Sanders et le renouveau de la gauche américaine » (si vous cherchez une revue à laquelle vous abonner d’ailleurs, je vous la conseille chaudement).

« Si le racisme a servi la conception du capitalisme de Ronald Reagan et de Donald Trump, l’antiracisme sert tout aussi bien la conception du capitalisme de Bill et d’Hillary Clinton. Leurs discours, en acceptant le présupposé que l’enjeu de l’élection réside essentiellement sur la manière de définir l’identité américaine (l’une supposément « ouverte » et « tolérante » et l’autre « fermée » et « raciste ») fonctionnent dès lors dans les mêmes termes. Tous deux font de leur programme un enjeu moral sur l’avenir de l’identité de la nation au détriment d’une remise en cause plus profonde des dynamiques économiques ayant mené à cette situation. Ce n’est jamais le marché qui est remis en question, seulement ses effets inégaux sur les différentes factions de la population […] Pourquoi [les mesures que Sanders propose] sont elles si importantes ? Parce qu’elles visent non à rendre les marchés plus efficients mais à les limiter. Instaurer un salaire minimum vise non pas à faire en sorte que les travailleurs dans les fast food gagnant 7 dollars soient plus « diversifiés » en termes ethniques et genrés, mais tend à améliorer drastiquement les conditions de ces emplois pour l’ensemble des travailleurs. Il ne s’agit pas d’avoir des « working poor » dans des proportions correctes de femmes, d’Afro-Américains ou d’Hispaniques mais d’abolir l’existence même d’emplois à bas salaires. La campagne de Sanders nous apprend à surmonter l’idée ancrée au cœur de nombreux esprits, à gauche comme à droite, selon laquelle les vraies victimes de l’ordre existant ne sont pas ceux qui sont exploités par le capitalisme mais ceux qui en seraient exclus par la discrimination »

Si on remplace Bernie par Jean-Luc, Hillary par Emmanuel et Donald par Marine, la situation me paraît assez claire je pense…

5.Raison bonus : Emmanuel Macron veut forcer les chômeurs à accepter des emplois, même si les emplois en question ne correspondent pas à leurs qualifications. Alors ça putain, ça me fait marrer. Parce que si ce genre de loi à la con passe, au vu des offres d’emplois qui m’ont été proposées ces derniers temps, je me retrouverai à travailler soit comme pizzaïolo à « Pepitos Pizza », soit comme secrétaire au « centre de prévention contre l’alcoolisme » (vous pensez tous que j’exagère un max mais je suis au regret de vous annoncer que non, ce sont des exemples purement factuels tirés de ma vraie vie).

Allez bye (et mort au capitalisme)

Salut les gourdins,

La présidentielle approche et comme il faut vivre avec son temps, j’ai décidé de lancer une nouvelle rubrique sur ce blog. La rubrique « présidentielle 2017 – les candidats sont tous des cacas« .

Le concept est simple: chaque semaine on prend un candidat à la présidentielle et on trouve 5 raisons qui montrent que cette personne est un petit caca séché. (le but ultime étant bien sûr de vous convaincre, si ce n’est pas déjà fait, que voter Philippe Poutou est le choix le plus raisonnable en 2017)

Aujourd’hui donc, Benoit Hamon, candidat du PS.

benoit-hamon

Benoit Hamon, de base, j’avais rien contre lui. Je le trouvais vaguement sympa à cause de son air « petit animal fragile » et je me disais que c’était agréable d’avoir de temps en temps un homme politique qui ne HURLE pas quand il parle. Et puis je me suis penché un peu plus en détail sur son cas (je suis un citoyen qui essaye de bien faire son boulot de fact-checking des candidats avant d’aller voter) et je vous le dis tout net: il m’énerve grave. 50% à cause de son programme et 50% à cause de sa personnalité.

Top 5 des raisons, donc, pour lesquelles Benoit est un petit caca séché:

  1. Benoit a complètement dénaturé le concept du revenu universel. Je renvoie les incultes à la théorie de Bernard Friot, mais en gros pour que le revenu universel ait une quelconque chance d’améliorer les conditions de vie de tout le monde (et de ne pas se transformer en piège pour pauvres), il faut a) que le salaire de base soit assez élevé (700 euros par mois, c’est ridiculement trop bas) b) que sa mise en place s’accompagne d’une réforme fiscale ambitieuse et d’une remise en question du lien entre travail et argent (avec la surtaxation, voire l’interdiction, des métiers nuisibles à la société). Que des trucs dont Benoit ne parle pas. Il veut juste s’attirer les votes des étudiants en mettant en place un système identique à celui du Danemark (le SU = allocation universelle que tous les jeunes reçoivent pour faire leurs études). Moralité: pour le changement radical de société, on repassera.
  2. Benoit veut financer la protection sociale par une « taxe sur les robots ». Or c’est débile et ça ne veut rien dire. (Alter éco à fait deux supers articles qui expliquent pourquoi)
  3. Benoit n’a jamais travaillé, il a toujours été en politique. Donc au niveau « renouvellement des élus », 0/10.
  4. Benoit prétend représenter le PS (parti socialiste = historiquement le peuple, les pauvres) mais fait partie de l’élite (au sens sociologique, économique du terme). Et il nous emboucane grave à ce sujet. Deux exemples. a) son père était ingénieur civil dans la marine nationale et il a passé son enfance au Sénégal (fils d’expat, quoi). Il trouve le moyen de se vanter de cette expérience de néo-colon en racontant (un peu en mode Léa Seydoux et son « je n’ai pas eu une enfance bourgeoise ») que le fait d’être allé dans une école multiconfessionnelle pour riches lui a permis d’apprendre « la mixité et la tolérance religieuse ». Plus tard, il s’est logiquement engagé dans « touche pas à mon pote ». Ou le parcours classique du mec qui se croit de gauche parce qu’il est sympa avec sa femme de ménage (tout fier de balancer un petit choukrane quand elle a fini de lui repasser ses slips) mais qui ne se rend jamais compte qu’il vit dans sa bulle (la bulle des riches). b) autre exemple, les féministes sortez votre batte de baseball je m’en fous, la meuf de Benoit Hamon est responsable des affaires publiques de LVMH. Bon alors moi je veux bien être ouvert, genre ne confondons pas une personne avec son conjoint, mais LVMH quoi. Merde… La pire entreprise de luxe française! Je vous copie-colle un extrait d’une chronique de Danychou à ce sujet, qui explique bien tous les soupçons que l’on peut avoir au sujet de cette personne:

Prenons tout de même un exemple troublant : l’incuriosité générale de la presse envers les missions précises de la compagne de Benoit Hamon chez LVMH. C’est à la suite du refus de Hamon de participer à l’émission de Karine Le Marchand, que l’on a appris que sa compagne, Gabrielle Guallar, était salariée de haut niveau chez LVMH depuis 2014. Ah tiens. Intéressant, non ? Et qu’y fait-elle exactement ? Mystère. On pouvait penser que la question titillerait quelques curieux. Raté. Seul un court article de l’ultra-macronien Challenges (2) (donc feu orange à mon Décodex personnel), article repris nulle part, nous en a appris un peu plus ces dernières semaines. Le 15 mars 2015, Guallar a été repérée devant une commission spéciale du Sénat, défendant la loi Macron, et plus précisément le principe de l’ouverture des magasins le dimanche (notamment en faveur de Sephora, filiale LVMH).  Elle est chargée aujourd’hui du dossier du futur Palais LVMH de la Samaritaine, dossier épineux s’il en est (3), qui pourrait l’amener à s’opposer à la Mairie de Paris à propos de l’accès automobile au bâtiment, situé sur les quais. Peut-être plusieurs confrères ont-ils enquêté, et jugé le résultat de leurs enquêtes inintéressant. Cela peut se défendre. Sur la loi Macron, Hamon a parfaitement le droit de défendre des positions différentes de celles de sa compagne, et vice-versa. Mais je ne pouvais m’empêcher d’y penser ce matin en entendant Hamon, sur France Inter, patauger légèrement sur les délocalisations (toile de fond, comme on le sait, du récemment césarisé « Merci patron » (4) anti-LV MH de Ruffin).

Pourquoi est-ce un problème de faire partie des élites quand on prétend représenter les pauvres? Parce qu’on a pas les mêmes intérêts. Parce qu’on aura pas la même colère (liée aux conditions de vie) qui permet de changer les choses. En fait Benoit Hamon, il me fait penser à Hugo, le personnage principal des mains sales, la pièce de théâtre de Sartre. Pour ceux qui ne connaissent pas le pitch: Hugo, jeune intellectuel bourgeois, intègre un parti révolutionnaire. Hugo a les dents longues et nous fait chier souhaite prendre de l’importance dans la structure du parti. Pour ça, il faut qu’il assassine l’un des chefs du parti prolétarien communiste, Hoederer. Du coup il passe du temps avec Hoederer (il devient son secrétaire particulier). Or Hoederer le trolle au sujet de ses origines bourgeoises. Avec en filigrane, la question: faut-il forcément être pauvre pour être communiste? Hoederer pense que oui.

« ça ne doit pas être drôle tous les jours d’être un gosse de riches. C’est un mauvais début dans la vie » […] Comme tu tiens à ta pureté, mon petit gars ! Comme tu as peur de te salir les mains. Et bien, reste pur ! A quoi cela servira-t-il et pourquoi viens-tu parmi nous ? La pureté, c’est une idée de fakir et de moine. Vous autres, les intellectuels, les anarchistes bourgeois, vous en tirez prétexte pour ne rien faire. Ne rien faire, rester immobile, serrer les coudes contre le corps, porter des gants. Moi j’ai les mains sales. Jusqu’aux coudes. Je les ai plongés dans la merde et dans le sang »

5. Last but not least: Benoit refuse d’enterrer le PS et de se désister pour laisser la place à gauche à Mélenchon. Et ça les amis, je crois que c’est mon grief de base. (même si Mélenchon a tous les défauts du monde (on en reparlera dans un prochain article))