archive

Archives Mensuelles: octobre 2014

– « Comment ça se fait que Jean-Marie Le Pen ne vous ferme pas les portes du FN? »

– « Je ne sais pas. Je dois être brave type. On est gros tous les deux, je ne sais pas. Il y a un truc, cela ne s’explique pas. »

– Serge Moati, interrogé à propos de son documentaire sur la famille Le Pen

Aujourd’hui, nous allons aborder un problème de taille: le bourrelet central. Le sujet est polémique mais nous n’avons pas peur de nous faire mordre la fesse (comme Eric Zemmour).

Afin de délimiter le cadre de la discussion (et de bâillonner dès le départ les bramements indignés), nous éliminerons de notre propos les personnes souffrant de maladies chroniques ou hormonales, et nous nous concentrerons sur ce fléau de la société moderne: les filles grassouillettes au régime.

Vous la sentez venir la grosse contradiction?

Car les filles grassouillettes au régime:

  • se plaignent de subir des moqueries à cause de leur apparence physique (« les gros sont des exclus de la société moderne, des parias, que dis-je, des populations DISCRIMINÉES, à quand le gros-power afin que nous soyons enfin reconnus comme des êtres humains à PART ENTIÈRE? ») et réussissent, par un tour de force quasi mystique, à être odieuses envers les gens maigres (« non mais tu vois pour moi une femme c’est pulpeuse, comme Kim Kardashian, d’ailleurs sur les tableaux de Rembrandt tout le monde était grassouillet et nu dans l’herbe… c’est ça être une Femme! Avoir des formes! Pas comme ces sacs d’os de mannequins qui ressemblent à des planches à pain! »)
  • grognent en continu car elles ont l’impression de faire PLEIN D’EFFORTS pour maigrir et que ça ne marche JAMAIS. A les écouter, on a l’impression que malgré une vie monacale faite de squats, pompes et salades de concombres, rien ne se passe les gars (un peu comme si le fait d’avoir un bourrelet central était un truc totalement gratuit et indépendant de leur volonté, et n’avait aucun lien avec leur mode de vie de mollusque accro au nutella). Car la femelle grassouillette n’hésite pas à brandir les preuves de son intégrité sportive (selfie posté sur instagram en total look Nike juste avant d’aller faire 3 génuflexions sur son tapis de bain face à des vidéos youtube) et diététique (description par le menu de la rationalité scientifique sous-tendant le régime ducan, ou l’affreux programme diet avenue)…et en général ce qui finit par arriver, on le sait tous: la femelle en question finit par se priver de cantine tous les midis (parce que l’été dernier pour le mariage de sa cousine elle a fait ça pendant 3 mois et nom d’un rat elle a perdu 5 kilos (elle avait aussi la peau du ventre qui pendait mais là n’est pas la question) et pourquoi ne pas retenter l’expérience?), du coup elle ère dans les couloirs aux alentours de 14h, le ventre vide, en grognant à qui ne veut pas l’entendre que sa vie est DIFFICILE, puis elle va s’acheter un gâteau (« ouai mais c’est pas un écart tu vois, j’ai compté le nombre de calories et c’est largement moins que si j’avais fait un repas normal »)

On en a marre des filles grassouillettes. Faites quelques chose, allez faire un stage en Somalie, faites enfin ce célèbre cours de sport où 30 minutes d’électrocution = 6 heures de sport effectif, et ARRÊTEZ

DE NOUS FAIRE CHIER.

De toute façon, c’était mieux sous Chirac.

Write hard and clear about what hurts.

– Ernest Hemingway

Aujourd’hui, nous allons parler d’un problème actuel qui ravage la vie de milliers de renardeaux: le vol de vélo (je ne sais pas pourquoi Jean-François Copé et Eric Zemmour ne se sont toujours pas emparés du sujet alors que tant de bons français sont concernés par ce problème: OMERTA MÉDIATIQUE?!?)

Il se trouve que je viens de me faire voler mon vélo, mon précieux, pour la 2e fois en moins d’un an. Et ce, malgré l’achat ruineux d’un cadenas grosse bite de la marque Abus et le choix d’un vélo d’occasion correspondant en tous points au qualificatif de « vieille croûte » (antiquité suédoise datant des années 1800, frein à rétropédalage déficient, pas de vitesses, dynamo émettant un bruit de scie à métal faisant fuir les passants sur un rayon de 5 kms, apparence générale suscitant le ricanement des proches).

abus-cadenas-velo-1060-110-noir-10-mm

Il était gros et pas pratique, j’étais obligée de pédaler comme un hamster en cage pour arriver à l’heure au travail, mais j’avais de l’affection pour lui. Je crois que lui et moi, nous nous ressemblions: nous avions le même rejet de la modernité et l’amour des choses douillettes (sa selle ,notamment, était une merveille en cuir, montée sur ressorts, englobant la Fesse à la perfection).

Il paraitrait (je prends des pincettes afin de ne pas passer pour le Marine Le Pen du groupe) qu’il est l’une des nombreuses victimes collatérales du trafic de vélos qui sévit actuellement dans nos contrées prospères, et ce en direction de la POLOGNE.

Qui sont ces gens? Quels sont leurs réseaux? Mangent-ils des pâtes au thon au petit déjeuner? Peut-on encore les considérer comme des membres de l’espèce humaine? Dieu seul le sait, beaucoup de questions, peu de réponses.

Si vous aussi vous ne supportez pas de prendre les transports en commun car ça pue du slip, et que vous vous faites voler votre vélo à une fréquence qui dépasse l’entendement, n’hésitez pas à témoigner dans les commentaires (comme ça avec un peu de chance Christine Boutin tombera sur cet article et lancera une pétition).

enhanced-6530-1412686097-21

 

« A 20 ans on a le visage que la nature nous a donné, à 50 ans on a celui qu’on mérite » – Coco Chanel

Parlons peu parlons bien parlons poils sous les bras féminisme.

Récemment, je me suis fait la réflexion qu’entre les féministes des blogs de mode et les féministes des jeux vidéos, on n’était pas gâtés par la nature. Je vous propose un plan en deux parties afin d’étayer ma démonstration:

1) Les féministes blogs de mode:

Espèce terrible qui a cru que Sex and the City, c’était la libération de la femme parce que ouai tu vois, maintenant qu’on a une grosse bite un salaire décent on va pouvoir s’acheter des chaussures loubout à 5000 boules et réquisitionner une pièce entière de l’appart (à laquelle notre mâle n’aura JAMAIS accès) pour avoir un dressing de princesse.

C’est le genre de femelles, quand je les croise et que je les entends parler du girl power, j’ai envie de leur mordre le gras de la fesse jusqu’au sang – parce qu’on sait tous que les féministes blogs de mode, ce ne sont pas des féministes mais des DICTATEURS. Ce sont les bandes de pestes de notre classe de CE1 qui avaient des cartables Barbie et faisaient manger des vers de terres à leur harem de garçons. Ce sont les personnes pénibles qui, une fois sorties de leur école de commerce, se font chier à Paris à travailler dans « le marketing et la communication » et passent leur journée sur vente privée (tout en barbotant « plan de carrière » à l’afterwork du soir). Et le pire est que ces gens pensent avoir une quelconque justification intellectuelle à leur comportement consumériste & grande gueule vu que Rihanna, Beyoncé, les SPICE GIRLS et même Emma Watson sont féministes aussi mvoyez quoi.

2) Les féministes jeux vidéo:

Alors il se trouve que fut un époque où ces personnes avaient toute mon aimable attention car il faut bien avouer que l’article de Mar_Lard sur le sexisme dans les jeux vidéos m’a fait frétiller de joie le coussinet. Suite à la lecture de cette démonstration de force, j’ai eu envie de suivre la sus-dénommée sur Twitter, et là…ça a été la dépression. Car Mar_Lard passe sa putain de vie à twitter sur le féminisme (mais alors, tous les trucs chiants & chiants qu’on a entendus 10 000 000 002 fois genre ragnagna l’avortement et Eric Zemmour et les médias phallocratiques) et à rentrer dans le lard de trolls qui n’attendent que ça, la polémique inutile. Le tout sur un ton inutilement péremptoire et agressif qui n’est pas sans ressemblance avec le grognement du marcassin adolescent en période de mue, qui ne rêve que de planter ses grosses canines dans une truffe [d’ailleurs, si vous ne savez toujours pas ce que sont les cochongliers et les sanglochons je ne peux que vous conseiller la lecture de la page « sanglier » de wikipédia].

Et autant les féministes blog de mode sont plutôt des animaux solitaires (plus efficace pour choper du sac Birkin vintage), autant les féministes jeux vidéo agissent en bande. Si vous voulez passer un mauvais moment sur twitter, je vous conseille donc de suivre Crêpe Georgette, Daria Marx ou Gaëlle-Marie Zimmerman – ambiance « je suis grosse et je râle en groupe contre les geeks boutonneux peuplant les réseaux sociaux », bataille de débiles garantie.

LA CONCLUSION

Il faut retourner lire Simone de Beauvoir dans sa couverture en laine verte qui gratte et cesser de la ramener tout le temps, c’est chiant (sauf Viriginie Despentes car cette personne a mon admiration sans faille et éternelle, bisou sur la fesse droite).

despentes