archive

Archives Mensuelles: août 2015

raaaaah je sais pas vous mais moi ce lundi m’a épuisé.

Par conséquent, comme je n’ai rien d’intelligent à vous raconter, j’ai décidé de vous balancer une liste de liens / trucs à voir sur internet (ne me remerciez pas pour la perte de temps qui va suivre):

1) LE COMPTE TWITTER DE FLORIO PHILIPPANT

Untitled2) EST-CE QUE C’EST BIENTÔT LE WEEK-END?

3) UN ARTICLE QUI VOUS REMPLIRA DE JOIE SI VOUS AUSSI VOUS N’EN POUVEZ PLUS DES BLOGS LIFESTYLE

4) LES PODCASTS AUDACIEUX DE PHILIPPE KATERINE SUR FRANCE INTER (à écouter le soir avant d’aller dormir)

5) UN POÈME DE BERTOLT BRECHT

Aux hésitants

Tu dis:
Les choses tournent mal pour nous.
Les ténèbres montent. Les forces diminuent.
Maintenant, après toutes ces années de travail,
Nous sommes dans une situation plus difficile qu’au début.

Et l’ennemi se dresse plus fort qu’autrefois
On dirait que ses forces ont grandi. Il a pris une apparence invincible.
Et nous avons commis des erreurs, nous ne pouvons plus le nier.
Nous sommes moins nombreux.
Nos mots sont en désordre. Une partie de nos paroles
L’ennemi les a tordues jusqu’à les rendre méconnaissables.

Qu’est-ce qui est donc faux dans ce que nous avons dit,
Une partie ou bien le tout?
Sur qui pouvons-nous compter? Sommes-nous des rescapés, rejetés
d’un fleuve plein de vie? Serons-nous dépassés
ne comprenant plus le monde et n’étant plus compris par lui?

Nous faut-il de la chance?
C’est ce que tu demandes. N’attends
pas d’autre réponse que la tienne.

6) JEAN-PIERRE COFFE vs caca dans les raviolis

7) LE CAUCHEMAR DES VLOGS

 

 

 

Publicités

« Pensez grand et bottez des culs »

-Donald Trump

Salut les deltoïdes,

La semaine dernière j’ai lu un article qui m’a causé des frissons d’angoisse. C’était un reportage de Vanity Fair (comme quoi on peut travailler dans un magazine de mode et ne pas pondre que des âneries) dans lequel il était question de l’influence de Tinder sur la manière dont les gens se palpent les fesses.  Cette lecture m’a plongé dans des abimes de perplexité. Je n’ai encore jamais recu de photo de bite sur mon téléphone portable: suis-je une espèce en voie de disparition?

 

040515-11

Parfois je m’inquiete un peu car je me trouve démodé.

J’aime boire des cervoises au bar. Je honnis les liseuses. Je voue un culte fétichiste aux journaux papier. Je collectionne les messages d’insultes sur mon répondeur car je ressens un plaisir coupable a laisser mon portable éteint quand quelqu’un cherche a me joindre. J’ai mis sur mon cv que je savais coder en python mais en vrai je ne sais pas comment colorer des cases dans excel (vous meme avouez que vous ne savez pas non plus). Mon profil facebook ne comporte aucune photo sexy de moi en maillot de bain mais beaucoup d’articles en relation avec le caca (ce qui handicape fortement mes chances de me faire de nouveaux amis, comme vous vous en doutez). Je voue une haine persistante pour le concept de travail (qui est le con qui a inventé la semaine de 5 jours?). Enfin et surtout, je porte les memes slips depuis dix ans.

Vais-je m’éteindre comme les dinausores pour toutes les raisons sus-nommées???

Sinon (et cela n’a aucun rapport avec la choucroute), je crois que je suis tombé amoureux de Simone de Bougeoir:

« Le concept de frugalité joyeuse a été soigneusement dépolitisé par ceux qui l’exploitent. Toutes ces nouvelles méthodes pour trouver le bonheur sont totalement déconnectées des réflexions sur la société qu’elles devraient nécessairement entraîner : pourquoi a-t-on « trop » d’objets alors que d’autres n’en ont pas ? Qu’est-ce que ça veut dire consommer « mieux » ? En quoi acheter une veste fabriquée en France (dans quelles conditions ? pour enrichir qui ?) c’est mieux que d’acheter trois gilets cousus en Thaïlande ? Que faut-il faire des objets dont on se débarrasse ? Comment vivre dans une société entièrement tournée vers la consommation sans entretenir les schémas existants ? Comment en est-on arrivé à devoir acheter un bouquin qui nous explique qu’on se sentira mieux en rangeant ses tiroirs ? Faut-il s’inquiéter du fait que l’on ne parle davantage de développement personnel, c’est-à-dire centré sur soi, que de développement de la société ? Pourquoi une telle montée du libéralisme individualiste ? A qui profite le crime ? »

 

4441668_orig

Salut les ocelots,

La canicule bat son plein ! C’est donc le moment idéal pour accomplir LE challenge de l’été : le READ-A-THON (je sais que vous êtes déçus et que vous pensiez que j’allais vous proposer de faire le ramadan avec moi, ou l’affreux challenge de course Nike pour femelles complexées de la Cuisse…mais que voulez-vous, je reste un rat de bibliothèque même sous 46 degrés celsius).

L’objectif du read-a-thon est simple : il s’agit de manger un cake au thon par jour et de lire un livre par jour pendant sept jours. Comme il fait chaud et qu’on est tous épuisés, autant ne pas se fouler le coussinet en lisant des livres imbitables tels que critique de la raison pure, et se diriger directement vers le rayon BD de la bibliothèque municipale: du coup je vous ai fait une petite sélection de derrière les fourrés (il n’y a que 5 livres parce que samedi et dimanche c’est le week-end quand même).

1) LES ANNÉES DOUCES, Jirô Taniguchi

En ce moment j’apprends le japonais (ne me jugez pas – je sais que ça sert à rien mais quitte à s’adonner à une activité improductive autant apprendre un alphabet exotique plutôt que passer 3h sur l’e-shop d’Asos un jour de soldes) (minute hypocondriaque : il parait aussi que l’apprentissage d’une langue étrangère retarde l’apparition d’Alzheimer).

Bon alors je ne vous cache pas que les années douces n’a rien d’un chef d’œuvre de la littérature et que globalement on se fait un peu chier en le lisant. Mais justement je trouve que l’histoire colle bien avec l’ambiance du mois d’aout, quand le temps s’écoule leeeentement et qu’on sue de la moustache sous le cerisier. C’est l’histoire de Tsukiko, la trentaine célibataire, et de « sensei », son vieux prof du collège. Comme d’hab avec les livres japonais, on se retrouve avec le combo suivant :

  • les jeunes femmes sont attirées par les vieux
  • les mâles sont des mollusques

Si vous parvenez à surmonter vos réticences, c’est un livre charmant, avec plein de jolis dessins de maisons japonaises et de nombreuses commandes de plats traditionnels au restaurant qui vous donneront envie de slurps ronron.

2) SOCRATE LE DEMI-CHIEN, Joann Sfar

Je ne sais pas pourquoi mais dans les BDs les chiens sont toujours des personnages fadasses et lèche-boules (prenez Milou par exemple : cet animal ne vous fait-il pas mourir d’ennui ?). C’est pourquoi j’étais tout content quand j’ai découvert Socrate le demi-chien. Déjà ça se passe dans l’Antiquité (Socrate est le chien d’Héraclès, fils de Zeus), et moi la mythologie grecque, c’est ma passion. Mais surtout Socrate est parfaitement grugru : il ne comprend pas les mœurs de ses congénères et commente les évènements avec philosophie & dépression.

G_842_2Est-ce que vous êtes plutôt félin ou canin dans la vie ? Moi je sais pas trop (les renardeaux sont cons comme les chiots et solitaires comme les chats sauvages)

3) LE PHOTOGRAPHE, Emmanuel Guibert et Didier Lefèvre

Bon j’avoue c’est un peu une BD nouvelobs-style (dans le genre #passionjournalizme depuis mon canapédouillet). En 1986, Didier Lefèvre, photographe de son état (j’adore cette expression désuète), est parti en Afghanistan avec Médecins sans frontières. Le but: faire en reportage sur la livraison d’aide médicale au Pakistan, en plein conflit avec les russes. La BD raconte l’expédition et le tout est assorti de photos en DIRECT LIVE. Idéal pour vous la péter lors de vos diners avec des membres du front de gauche.

4) IDÉES NOIRES, Franquin

J’ai lu cette BD un nombre incalculable de fois mais c’est seulement quand on a fait tout un foin de « Catharsis » de Luz que j’ai appris que Franquin avait écrit Idées Noires lors d’une période de dépression (avant je croyais que c’était une BD drôle) (je suis un peu l’idiot du village)

Bonsai+BD+idée+noir95) RAHAN, FILS DES ÂGES FAROUCHES, André Chéret et Roger Lécureux

Se balader en slip avec un collier de griffes autour du cou, c’est super trendy a l’approche de la COP21 contre le réchauffement climatique. Parole de blogueuse mode.