archive

LES TRUCS A ALLER VOIR SUR INTERNET

Salut.

Je suis triste car mon année de chômage touche à sa fin (en effet, à partir du 1er octobre, je vais officiellement être obligé de rechercher à nouveau du travail). Et qui dit retour au salariat dit retour de l’ennui abyssal en open space et donc RETOUR DU BLOG. Afin d’anticiper ce retour, donc, j’ai décidé de vous faire un article avec tous les trucs trop bien que j’ai découverts ces derniers temps et dont je vous ai encore jamais parlé:

1.LES MUTINS DE PANGÉE

Je ne sais pas si vous vous souvenez de Noël Godin alias l’entartreur? (perso c’était le héros de mon enfance). Hé bah entre deux attentats pâtissiers contre BHL il a créé les mutins de pangée, qui est une « coopérative audiovisuelle » qui diffuse tout un tas de cools documentaires à bas prix. Vous y trouvez notamment en VOD:

  • la sociale de gilles perret (sur l’histoire de la sécurité sociale en france. ou comment fermer le bec une bonne fois pour toutes à tous ceux qui assimilent le communisme au nazisme et soutiennent que le programme du CNR était le fruit d’un « consensus » entre gauche et droite au sortir de la seconde guerre mondiale. il y a eu consensus mes couilles ouais. la vérité, c’est que ça a été à peu près la seule fois dans l’histoire de france où on a pu mettre en œuvre un programme un minimum révolutionnaire dans ce pays)
  • iranien de mehran tamadon (vous découvrirez peut-être alors, comme moi, que vous vous sentez intellectuellement proches des ayatollahs)
  • la cigale, le corbeau et les poulets de olivier azam (pour choper des idées de communisme rural efficace)
  • ni dieu ni maître: une histoire de l’anarchisme de tancrède ramonet

Et encore plein d’autres trucs.

2.LES COUILLES LUMINEUSES POUR VÉLO

(ne me remerciez pas)

3.JEAN-CLAUDE MICHÉA

Je ne sais pas comment j’ai pu vivre si longtemps sans connaître Jean-Claude Michéa. C’est vraiment incompréhensible, car Jean-Claude et moi sommes en osmose sur ABSOLUMENT TOUT. Bon alors en gros pour vous résumer les thèses de Jean-Claude:

  • il n’y a pas d’un côté un « bon » libéralisme et de l’autre un néo-libéralisme horrible. Il n’y a qu’un seul libéralisme, qui produit partout les mêmes effets.
  • par conséquent, si on se dit anti-libéral, il faut être cohérent avec soi-même et être à la fois anti-libéral en économie ET sur les sujets de société. or ce principe est trop souvent oublié à gauche (coucou les groupes facebook « insoumis libertins »)
  • le libéralisme est en train de gagner et risque de détruire l’humanité (humanité au sens littéral, c’est à dire « ce qui fait de nous des humains »). le seul moyen de s’y opposer, c’est de calquer nos actions sur le « common sense » que décrit si bien orwell. common sense qu’on trouve encore dans les milieux populaires (moralité: rentrez-vous bien dans le crâne que si vous n’aimez ni le foot ni l’ambiance PMU vous n’arriverez jamais à faire la révolution)

Plus sérieusement, je bois ce qu’écris Jean-Claude comme du petit lait. Récemment par exemple j’ai terminé « l’empire du moindre mal » et j’ai surligné toutes les pages tellement c’était trop bien. Un exemple parmi tant d’autres, sur l’éducation:

« Si l’éducation a un sens, c’est précisément d’offrir à l’enfant les moyens de dépasser cet égocentrisme initial et d’acquérir progressivement ce sens des autres qui représente, à la fois, le signe et la condition de toute autonomie véritable (ou, ce qui revient au même, de toute maturité psychologique). C’est alors seulement qu’un être humain devient capable de tenir sa place dans l’ordre humain, autrement dit d’entrer à son tour dans les chaînes socialisantes du don et de la réciprocité. Si donc, pour une raison ou une autre, la défaillance des fonctions « paternelles » ou « maternelles » n’a pas permis à ce travail d’autonomisation de s’accomplir efficacement (avec tous les renoncements nécessaires qu’il implique par définition), le sujet se retrouvera inexorablement rivé, sous réserve de rencontres émancipatrices ultérieures, à son désir initial de toute-puissance et, par conséquent, privé de son pouvoir de « grandir ». Il demeurera ainsi une monade égoïste, incapable de donner, de recevoir et de rendre, autrement que de façon purement formelle (c’est-à-dire sur le mode des simples « convenances » indispensables à toute comédie sociale, et dont l’acquisition ne requiert qu’un dressage, non une éducation au sens strict). Sous ce rapport, les différentes pathologies de l’ego – qu’il s’agisse de la volonté de pouvoir manifestée en tant que telle, ou ses multiples formes dérivées, comme, par exemple, le besoin pathétique de devenir « riche » ou « célèbre » – doivent apparaître pour ce qu’elles sont: l’effet d’une dépendance non résolue à des histoires d’enfance, dépendance qui conduit invariablement un sujet à envisager sa propre vie comme l’occasion d’une revanche personnelle à prendre (manière de voir mutilante, puisqu’elle transforme automatiquement cette vie en « carrière », pathologiquement structurée par le désir de parvenir, ou tout simplement par la nécessité de vivre perpétuellement en représentation). L’expérience confirme toujours, en effet, que ceux qui ont consacré leur « vie » à grimper les différents échelons d’une hiérarchie (quelle qu’elle soit) n’ont jamais, selon la belle formule de Georges Elgoay, que « ramper verticalement ». D’un point de vue anarchiste, les classes dominantes sont d’abord à plaindre ».

 

Publicités

1. »KARIM BENZEMA, PATRIOTE FISCAL« 

Spéciale dédicace à tous ceux qui ont pourri Karim-chou au fil des ans (oui j’apprécie Karim Benzema okay? que JUSTICE soit enfin faite)

cnci3ghviae1ijd-jpglarge

Puisqu’on parle de foot, l’autre jour dans so foot il y avait un article sur les gardiens de but chinois qui m’a beaucoup fait ricaner donc je me permets de vous en recopier un passage (en espérant que ça vous donne envie de vous abonner à ce génial magazine). Pour resituer le contexte: en 2000, la Fédération de Chine de football a interdit aux clubs professionnels de faire jouer des gardiens étrangers. L’idée sous-jacente étant que si le niveau des gardiens locaux s’améliorait, mécaniquement celui des défenseurs et des attaquants suivrait et la Chine pourrait se constituer une vraie belle équipe de foot nationale comme le Japon. Sauf que:

« Si la mesure a bien bouté hors de Chine ces étrangers qui faisaient de l’ombre aux Chinois, quinze ans après son adoption, qu’en est-il? Le niveau de jeu des portiers locaux s’est-il amélioré? « ils sont toujours assez mauvais. Dans l’ensemble, ils ont de grosses lacunes », démolit Benjamin Gavanon, ancien jour du Shenzhen Ruby. « J’ai vu des goals de 1,90 m se faire lober sur des corners rentrants… Quand je voyais les bourdes que pouvait faire notre gardien, je n’étais jamais serein. J’ai vu des buts casquette comme jamais je n’ai vu ailleurs ». Preuves comiques de la médiocrité ambiante, les bourdes des portiers chinois, au premier rangs desquelles figure l’œuvre de Sui Weije. La saison dernière, le portier du Chongqing Lifan s’est pris un but alors qu’il buvait tranquillement à sa gourde, dos au terrain, sans se soucier de l’action en cours. Pourquoi les gardiens chinois sont-ils aussi mauvais? Pour Benjamin Gavanon, il y a une part de mystère: « Ils ne font pas les bons choix, je sais pas pourquoi. Je ne pourrais pas l’expliquer, selon moi, ils ont un problème d’espace-temps. Ils sentent pas les trajectoires ». Philippe Troussier, de son côté, préfère mettre en avant les caractéristiques de l’homme asiatique. « Quand on est gardien, il faut gueuler, se mettre en avant. Ce n’est pas le point fort des chinois », professe ce technicien, aujourd’hui sans club. « Dans la culture asiatique, il y a une retenue sociale, chacun doit rester à sa place ». Le manque de professionnalisme et le laisser-aller des portiers chinois seraient une troisième explication. « Ils sont feignants. Ils refusent de s’entraîner le matin parce qu’ils ont la flemme de se lever, et dès qu’il pleut, ils veulent que l’entraînement se fasse en salle. De vraies chochottes! » sulfate l’entraîneur adjoint d’un grand club, qui préfère rester anonyme de peur de perdre son poste ».

2. »CES BOULOTS QUI NE NOUS RENDENT PAS TOUJOURS HEUREUX« 

Bon alors ce podcast de « grand bien vous fasse » sonnera peut-être peu téméraire aux oreilles des plus radicaux d’entre nous. Mais il a le mérite de rétablir certaines vérités constamment malmenées à notre curieuse époque au sujet du travail. L’émission s’appuie sur une étude de la NEF qui analyse le « coût social réel » de différents métiers (étude que je vous invite à aller lire dans le texte, vous verrez c’est über cool pour pouvoir couper le caquet à votre oncle de droite tendance Fillon au prochain dîner dominical). Exemple: les banquiers de la city touchent des salaires faramineux car soit-disant ils « créent de la richesse ». Mais en vrai, pour chaque euro que leur boulot de merde finit par produire, ils en détruisent mécaniquement 7 pour le reste de la société. Plus rigolo encore, spécial dédicace à tous ceux qui travaillent dans le marketing: eux, pour chaque euro créé, ils en détruisent 11 (quand je vous disais que les blogs de mode, c’est le mal). Le pire du top boulot nuisible étant atteint par le conseil fiscal, qui lui, champagne, détruit 47 fois plus que ce qu’il crée.

A l’inverse. Le mec qui fait le ménage à l’hôpital (qui lui, rappelons-le, est payé une misère): pour chaque euro qu’il reçoit en salaire, il en crée 10 de plus en « valeur sociale ». Les éboueurs, eux, produisent 12 euros de valeur sociale pour chaque euros gagné.

On voit donc que les banquiers devraient devenir éboueurs plus vite que ça le salaire n’a aucune rapport avec le mérite, ou avec la richesse effectivement créée. Ce qui nous amène à la conclusion logique, qui implique qu’il faut dissocier le lien entre travail et salaire, et militer pour le salaire à vie (je vous renvoie à l’excellente émission de hors-série pour ceux qui ne voient pas de quoi je parle).

3.LA PAGE FACEBOOK « COMPLOTS FACILES POUR BRILLER EN SOCIÉTÉ« 

C’est souvent con, mais parfois drôle:

 screenshot-from-2016-12-07-15-26-23Coïncidence???

4.AMIS YOGIS, PRUDENCE

Je me suis fait une tendinite au poignet en faisant du yoga (ne me jugez pas). D’abord je me suis senti con de m’être blessé d’une manière aussi grotesque, ensuite je me suis senti reconnaissant de ce petit avertissement que la vie m’envoyait – car le yoga, ça peut être dangereux, okay? Et pas seulement pour les poignets, aussi pour le cou (amis hypocondriaques, cette lecture vous plongera certainement dans des abîmes d’angoisse. mais si ça peut vous faire réfléchir deux minutes avant de vous lancer tête baissée dans diverses postures hardcores telles que le poirier sans les mains, mon objectif aura été atteint).

Plus généralement, je voulais un peu grogner contre la vague de yoga qui envahit internet ces derniers temps (et à laquelle, à mon corps défendant, j’ai parfois un peu participé). Sans vouloir faire mon vieux réac (oui bon ok j’avoue. je suis un vieux réac), je trouve qu’il y a une contradiction totale entre la philosophie du yoga et les photos instagram par exemple. Chacun doit avancer à son rythme, en écoutant son propre corps, le but étant non pas l’objectif à atteindre – pouvoir effectuer telle ou telle posture acrobatique et impressionner tout le monde en se mettant les orteils dans le nez – mais le cheminement qui y mène, avec, un ligne de mire, la volonté de parvenir à un état d’esprit méditatif. Le yoga est avant tout une philosophie de vie (je dirais bien « une religion » mais j’ai peur de passer pour un mystique), pas un sport destiné à avoir le plus beau cul du quartier. Et aussi, à force de voir des gens très souples se tortiller dans des postures improbables, on finit par croire que c’est normal. Ce qui fait que a) les gens qui auraient le plus besoin de faire du yoga (les non souples / non sportifs) se disent d’avance que tout ça n’est pas fait pour eux b) ça devient la course à l’échalote, que ça soit dans les cours collectifs ou sur internet, à celle qui sera la plus grande master yogi – avec risque de blessure à la clef.

Donc, je peux pas trop faire de doigt d’honneur car remember, j’ai une tendinite, mais fuck la société quoi.

allez bye

salutationlune-1-1040x1099

1. LE COMPTE INSTAGRAM: BROS BEING BASIC

screenshot-from-2016-10-27-19-05-36bah en gros c’est un groupe de mâles qui se prennent en photo comme les blogueuses mode (hashtags inclus). bassement rigolo

2. LA CHAÎNE YOUTUBE: BONJOUR TRISTESSE

pas de panique: le truc a aucun rapport avec cette arnaque littéraire de Françoise Sagan. c’est un type qui se filme en plan fixe sur son canap avec une bouteille de gros vin rouge et qui insulte les puissants de ce monde (et aussi les cons). si vous aussi vous êtes un gros révolté de la vie, ça devrait vous plaire:

et bonne semaine de merde les copains

j’adore ce mec parce qu’il redonne ses lettres de noblesse au beauf qu’on aime bien (le contestataire anti-élite et égalitaire, à l’opposé du facho-réactionaire). et aussi parce qu’il prouve que troller peut aussi être un acte citoyen:

« Bonjour Tristesse part d’un constat assez pessimiste : on nous baise, on nous baisera encore, ça fait 2 000 ans que le monde ne tourne pas rond et 70 que la Ve République ne marche pas. J’ai de moins en moins d’espoir que ça puisse changer. Mais, maintenant, on a Internet : le seul pouvoir qu’il nous reste, c’est la liberté d’expression. J’aimais bien l’idée qu’avec juste une caméra, une personne et un peu d’écriture, on puisse piquer l’orgueil de ces puissants contre lesquels on ne peut rien. J’ai du mal à penser qu’on puisse prétendre à un modèle politique plus ambitieux démocratiquement. Le seul pouvoir qu’on ait est de réussir à toucher, à travers une bonne pique bien sentie, ces puissants qu’on ne croise jamais et à qui on ne peut jamais s’adresser. C’est une des raisons pour lesquelles Bonjour Tristesse est davantage axé sur les personnes. Aussi, j’ai une certaine culture de la vanne : je n’ai pas choisi l’insulte plutôt que la bienveillance, j’ai juste essayé de montrer qu’on pouvait être très vindicatif en défendant une idéologie bienveillante — il n’y a, à mes yeux, pas d’ambivalence exclusive entre les deux. »

source

3. L’ARTISTE MUSICAL: DIDIER SUPER

ouai alors didier super c’est #old mais comme j’ai l’impression qu’une grande partie du lectorat de ce blog a plus de 45 ans et vit au fin fond de la creuse c’est possible que vous soyez passés à coté du truc. didier super c’est qui? (non, ce n’est pas le cousin de mai hua, la blogueuse mode neuneu qui ponctue tous ses articles d’un « et ça, c’est super! ») bah c’est un mec qui fait des chansons nulles, mais drôles. j’ai découvert dider grâce à son tube « petit caniche, casse-couille pour vieux » (cette chanson faisait un tabac dans les fourrés en 2006. mais après didier a arrêté de la chanter parce que ça le saoulait que son fan-club soit uniquement composé de lycéens boutonneux. à la place il a écrit « petit anarchiste, casse-couille pour vieux« , ce qui lui a valu des ennuis avec les punks à chats lors de ces concerts. notamment à cause des paroles suivantes: « petit anarchiste, casse-couille pour vieux, quand tu danses dans les concerts de métal, on dirait bambi »).

bon alors didier super c’est un artiste engagé okay? par exemple avec « marre des pauvres » (les pauvres, arrêtez de vous plaindre, vous gâchez le bonheur des riches) ou ma chanson pref: « à bas les gens qui bossent« .

4. LA PENSÉE DE LA SEMAINE

bon alors il se trouve que je suis abonné à la newsletter de matthieu ricard (ouai le moine boudhiste qui fait le tour des plateaux télé pour parler de ses bouquins sur la méditation qui rend heureux. ne me jugez pas). d’habitude j’ai du mal à me sentir pénétré par la sagesse des citations qu’il envoie toutes les semaines, mais celle-là m’a marquée:

« Qu’aimerions-nous transmettre à nos enfants ? Une belle image de nous-même, de sorte qu’ils nous voient plus beaux que nous ne sommes en réalité ? À quoi bon ? Des biens matériels ? C’est leur mettre entre les mains un monceau de problèmes. Notre présence ? Que nous le voulions ou pas, ils seront séparés de nous quand nous mourrons. Ce qu’en revanche nous pouvons leur léguer, c’est une source d’inspiration, une vision des choses qui ait un sens et qui puisse leur donner confiance à chaque instant de leur vie. Pour cela nous devons bien sûr acquérir nous-mêmes une certaine assurance, une certitude intérieure. Or, ce sentiment ne peut à l’évidence venir que de notre esprit ; il est donc grand temps de nous occuper de celui-ci. »

Transcrit par l’auteur d’après un conseil donné oralement.

JIGME KHYENTSE RINPOCHE (b. 1964)

A méditer si vous aussi vous pensez que les querelles d’héritage entre frères et sœurs dans les familles bourgeoises, c’est quand même n’importe quoi.

5. LE MOT DE LA FIN

14440929_306725433029365_6868529042453230682_nsource: le groupe facebook « je suis un illuminati et je vous emmerde« 

 

1. LE HASHTAG MEN IN HIJAB

Je sais pas si vous avez déjà essayé de porter le voile une fois? Moi oui (mais pas longtemps car j’étais moche avec) (cette dernière phrase est labellisée « gros païen de l’année »). Bref donc aucun rapport avec la choucroute mais en Iran, un groupe de mâles a décidé de se voiler pour montrer leur solidarité avec leurs femmes. Effet bobo garanti: l’initiative a fait la une des journaux.

2Q

ma photo pref

Bon au delà du coté marrant (houhouhou des mâles voilés est-ce comme les kilts écossais? slip en dessous ou pas?) ce genre d’initiative n’a rien à voir avec la POLÉMIQUE DU MOIS, à savoir l’interdiction du burkini sur les plages françaises. Bon alors d’habitude je m’éloigne comme la peste de ce genre de sujet à la con (pour ou contre le voile, qu’est-ce que la laïcité etc) parce que je préfère manger des glaces. Mais j’avoue que cette histoire de burkini me travaille pas mal le haricot. En fait je ne comprends pas comment on en arrive à mettre des amendes à des gens parce qu’ils sont couverts, alors que les nudistes peuvent agiter leurs couilles au vent dans la nature en toute liberté (call me point godwin, i don’t care). Etant une personne d’un naturel pudique (ce qui explique, entre autres, que je n’affiche pas ma face en gros plan sur ce blog) je suis assez sensible aux arguments des gens qui expliquent que cacher son corps devrait être un droit comme un autre VOIRE qu’il y a quelque chose de malsain dans les sociétés occidentales qui se mettent à poil à outrance. Mais bon je suis un peu réac sur les bords j’avoue. Moralité de l’histoire qui mettra tout le monde d’accord: Manuel Valls est définitivement un petit caca séché.

2. LE GOÛTER DES PARENTS (tu viens à mon anniversaire?)

Je ne sais pas si vous écoutez Arte Radio, mais franchement si vous ne le faites pas vous passez à côté de perles rares. Genre cet enregistrement d’une journée d’anniversaire chez d’insupportables parisiens, tendance classe moyenne supérieure (franchement allez renifler ça et osez venir me dire après que l’autre grognasse avec ses cours de musique n’est pas une personne à abattre). Un grand moment de sociologie.

3. VOUS VOULEZ PRENDRE VOTRE RETRAITE A 30 ANS?

Bah apparemment il suffit de mettre beaucoup d’argent de coté chaque mois, d’être ingénieur informaticien, d’investir un peu de ses économies en bourse et de fuir comme la peste la société de consommation qui vous fait dépenser plein de sous pour des trucs qui servent à rien. Ah et aussi créer un blog à succès ça aide à devenir rentier aussi. Trop facile quoi.

4. ETRE UN TROLL EN 2016

(j’adore cette chaine youtube)

5. QUENTIN DOLMAIRE EST SEXY (même si trois souvenirs de ma jeunesse est un film chiant)

LouisCanadas_QuentinDolmaire

Salut les sales cafards,

A la base j’avais prévu de vous parler de mon hypocondrie galopante (j’ai peur de mourir d’un mélanome fulgurant okay), mais j’ai déboursé 20 euros sur epiderm hier soir à une heure indécente et depuis je ne suis plus inquiet (epiderm, c’est le site où tu envoies une photo de ta bite ton pied en gros plan et un dermato te répond en direct pour te dire si c’est grave ou si tu es juste un sale hypocondriaque pénible. En l’occurrence on m’a dit je cite que je n’avais pas de grain de beauté mais une « pigmentation due au contact avec certaines plantes sauvages (la tige recèle des furocoumarines qui sont photosensibilisantes)». Je me suis dit : comment ils savent que je suis un renard et que je passe ma vie fourré dans les fougères ? Encore un coup de la NSA. Mais bon, ça m’a rassuré, j’ai pu aller me coucher en chantant la vie, dansant la vie et n’étant qu’amour, alors je me suis dit que parler d’hypocondrie dans ces conditions, ça allait casser l’ambiance).

121015-11

Du coup à la place je vais vous refiler une liste de liens (je sais que vous adorez ça secrètement car vous n’êtes qu’une bande de glandouilleurs)

1. Article spécial végétariens : le lait de cafard est le plus nutritif du monde

2. La page facebook « code de beaufs »

13680993_1416846394999096_4143360251281840583_n

3. Le défi « 30 jours de yoga » d’Ariane (le yoga c’est la vie, si vous n’en faites pas vous n’êtes qu’un petit caca ratatiné, je vous le dis tout net)

4. Si je vous dis « poésie parlée » je sais que vous pensez direct « grand corps malade » et « ennui fatal courage fuyons » mais essayez d’être ouverts d’esprit et d’aller renifler ce que fait Sarah Kay. Ses poèmes sont cool, okay. Surtout celui-là.

5. Petite dédicace pour tous ceux qui ont très envie de faire caca pendant leurs rencarts

6. Une idée de cadeau pour vos enfants pénibles

PS : j’ai installé pokemon go sur mon téléphone. Ne me jugez pas svp.

« En 1962, elle est, avec son mari, la cible de l’attentat du Petit-Clamart. Sauvé, le général lui dit : « Vous êtes brave Yvonne ». Cet événement lui inspire cette seule phrase, restée célèbre « J’espère que les poulets n’ont rien eu », voulant parler non pas des policiers mais des volailles transportées dans le coffre de la DS« .

– extrait de la notice wikipédia d’Yvonne de Gaulle alias tante Yvonne pour les intimes

Salut les redoublants,

Au début je voulais vous faire un article grosse bite intitulé « mes secrets de productivité » mais malheureusement suite à l’installation de Leechblock sur mon ordinateur j’ai réussi l’exploit de me bloquer l’accès à internet 24h sur 24, 7 jours sur 7 et n’ai pu me sortir de ce mauvais pas que grâce à l’aide humiliante de mon mâle (je rappelle qu’à l’origine je voulais juste paramétrer le truc pour me bloquer l’accès à youtube, facebook et instagram et n’y avoir droit que 5 minutes par jour, mais ça a dégénéré). Du coup je ne me sentais pas à l’aise pour faire mon lifestyle guru. A la place voici donc une liste de liens afin que vous soyez improductifs et que vous ratiez vos partiels.

1.Celeste Barber est moche

« Certaines célébrités sur Instagram semblent croire que nous, les personnes non-riches et non- privilégiées, nous sommes stupides et nous pensons que ce qu’elles publient est réel. Je voulais essayer de montrer combien ça pouvait être ridicule pour une personne « normale » de recréer ces photos »

Celeste Barber est une australienne bedonnante qui apprécie détourner les photos grotesques que les stars postent sur les réseaux sociaux. Mon image pref: Gisele Bündchen hihi

gisele

2. je suis amoureux de Nicole Ferroni OK

3. l’histoire de l’emoji « tas de caca« 

4. Merci le RSA / Les esclaves du système ne comprendront pas / Je suis libre de rester sous mes draps 

5. un poème cool de Blaise Cendrars

Quand tu aimes il faut partir
Quitte ta femme quitte ton enfant
Quitte ton ami quitte ton amie
Quitte ton amante quitte ton amant
Quand tu aimes il faut partir

Le monde est plein de nègres et de négresses
Des femmes des hommes des hommes des femmes
Regarde les beaux magasins
Ce fiacre cet homme cette femme ce fiacre
Et toutes les belles marchandises

II y a l’air il y a le vent
Les montagnes l’eau le ciel la terre
Les enfants les animaux
Les plantes et le charbon de terre

Apprends à vendre à acheter à revendre
Donne prends donne prends

Quand tu aimes il faut savoir
Chanter courir manger boire
Siffler
Et apprendre à travailler

Quand tu aimes il faut partir
Ne larmoie pas en souriant
Ne te niche pas entre deux seins
Respire marche pars va-t’en

Je prends mon bain et je regarde
Je vois la bouche que je connais
La main la jambe l’œil
Je prends mon bain et je regarde

Le monde entier est toujours là
La vie pleine de choses surprenantes
Je sors de la pharmacie
Je descends juste de la bascule
Je pèse mes 80 kilos
Je t’aime

allez bye

 

Bon alors je ne souhaite dénoncer personne mais sachez que quelqu’un a atterri ici en tapant « cul de vieilles au bois blog ».

J’espère ne pas vous décevoir.

Sinon ça va? La forme? Moi, si vous voulez savoir, je me gèle les couilles. Heureusement, il y a le wifi dans les toilettes. Et qui dit wifi dit LISTE DE LIENS whoop whoop

121015-17-e1444647800242

1) hihi

2) Céleste Candido, naturopathe

(j’ai découvert cette fascinante personne en écoutant des podcasts sur France Culture) (ne me jugez pas)

3) la théorie de la Boîte, partie 1 et partie 2

parce que Maïa Mazaurette n’est pas QUE une personne insupportable (parfois elle écrit des trucs bien)

4) le compte twitter de Corse Tourisme

paix, amour et figatellu

Capture5) sociologie: expliquer, est-ce excuser?

ce lien vers cette émission d’arrêt sur images a deux inconvénients: a) il est payant b) il y a une nana d’osez le féminisme dans les invités (et comme on pourrait s’y attendre, elle ponctue toutes ses phrases de terrifiants « égalité FEMME homme »)

arrêt sur images fait des émissions vraiment cool depuis les attentats de novembre. je ne me situe pas du tout du coté des zinzins de l’espace qui estiment qu’en matière de djihadisme il n’y a rien à comprendre. ça m’aide de trouver des explications (et ça m’inquiète de voir les hommes politiques enfiler leur cape de super musclor et foncer droit dans le mur en klaxonant)

« La sociologie est l’un des savoirs, l’un des modes de problématisation du monde, qui produit le plus de résistances, d’oppositions, de traumatismes. La sociologie est violente parce qu’elle met en cause nos manières spontanées de penser, de nous rapporter à nous mêmes, aux autres. Ce qu’il y a de très important dans la sociologie, c’est qu’elle met en évidence l’existence de déterminations sociales, politiques, ethniques. Et par conséquent si l’on croit en l’idée de société, alors nous sommes tous virtuellement responsables de tout ce qui se passe dans le monde. Et c’est ça qui est traumatisant. Parce que si vous voyez un clochard dans la rue, si vous voyez quelqu’un qui va en prison, si vous voyez un djihadiste, vous savez que votre manière de vivre, votre manière d’avoir fait fonctionner le monde social, a, de fait, participé de la création du monde dont ces gens sont aussi des effets. La sociologie vous rappelle en permanence que tout ce qui se passe dans le monde est lié à nos manières d’être, à nos manières d’adhérer à des pouvoirs, de faire fonctionner de la violence chacun dans notre espace… par conséquent la sociologie vous empêche de vivre de façon innocente votre vie. Elle vous empêche de vous dire: « c’est pas de ma faute ». Et dès que la sociologie dit aux individus: « prenez en compte la manière dont votre vie produit des effets, conforte un système. Essayez toujours d’agir du point de vue d’un peu plus de justice, d’un peu plus d’émancipation », tout le monde est traumatisé parce qu’on passe notre temps à nous mentir nous mêmes, dénier la vérité, essayer de se mettre hors de cause »

BONUS pour aller plus loin: cet article de Danychou dans Rue89

allez bye

161115-8-e1447674356151