10 LECTURES POUR MARCASSINS

Ce n’est pas seulement le monde
Qu’il s’agit de changer; mais l’homme
D’où surgira-t-il, cet homme neuf ?
Non du dehors.
Camarade, sache le découvrir
En toi même,
Et, comme du minerai l’on extrait
Un pur métal sans scories,
Exige-le toi, cet homme attendu.
Obtiens-le de toi.
Ose devenir qui tu es.
Ne te tiens pas quitte à bon compte.
Il y a d’admirables possibilités
Dans chaque être.
Persuade toi de ta force
Et de ta jeunesse.
Sache te dire sans cesse:
 » Il ne tient qu’a moi »

– André Gide

Je ne sais pas vous mais moi si j’avais une portée de marcassins je n’aurais qu’une seule hantise dans la vie: qu’ils deviennent youtubeurs beauté. Mais comme on dit, les lectures forment la jeunesse alors j’ai bon espoir qu’avec la liste imposée de livres suivante leurs connexions neuronales fassent bip (comme je suis sympa je vous la donne aussi).

Sauvez un enfant, enfermez-le à la bibliothèque.

index1) MAUS, Art Spiegelman

Je suppose que tout le monde connait Maus mais pour les retardataires, cette BD raconte l’histoire du père d’Art Spiegelman, Vladek, qui a survécu aux camps de concentration. Dedans les juifs sont représentés sous forme de souris et les nazis sous forme de chats.

J’avais onze ans quand j’ai lu Maus pour la première fois. Je cherchais des Spirou Magazine au CDI du collège et j’étais déçu car il n’y en avait plus (oui je suis un beauf…). J’avais ouvert Maus par dépit, pensant que c’était un truc rigolo (il y a une grosse croix gammée sur la couverture, comme quoi j’avais le quotient intellectuel d’un chiot à cette époque). Et là mes enfants, ce fut le CHOC.

Je sais que plein de gens grognent que grugru on connait déjà l’holocauste donnez-nous des frites à la place, mais je trouve qu’on comprend mieux l’histoire avec un grand H quand on lit des vrais témoignages plutôt que quand on écoute notre prof nous réciter une litanie de dates et de lieux. Je connaissais l’existence des camps de concentration avant de lire Maus. Après avoir lu cette BD,  j’avais l’impression de les avoir vécus, ce qui est très différent.

2) MON AMI FRÉDÉRIC, Hans Peter Richter

Ce livre est triste et rien que d’en reparler j’ai à nouveau le cafard. L’histoire se passe dans les années 30, quand Hitler prend le pouvoir en Allemagne et met en place des mesures anti-juives. Le narrateur est un enfant allemand; son voisin et ami, Frédéric, est juif. Le livre raconte comment les choses s’emboitent sans en avoir l’air (les bancs interdits pour les non-aryens, les mères défendant à leur progéniture de jouer avec des enfants juifs, l’étoile jaune, etc.), jusqu’à causer la mort de Frédéric.

C’est un livre qui vous montre comment votre voisin peut se transformer en gros con, vous dénoncer à la police, vous persécuter et vous interdire de vous cacher dans sa cave alors que des obus tombent sur la ville. C’est un livre qui donne envie de ne jamais devenir aussi bête.

3) DIEU, TU ES LA? C’EST MOI MARGARET, Judy Blume

Je ne sais pas trop pourquoi ce livre m’a marqué, parce que c’est l’histoire de Margaret qui stresse car elle n’a pas beaucoup de poitrine et n’a encore jamais eu ses règles. Alors elle s’assoit sur la cuvette des wc et parle de ses problèmes à dieu.

J’adorais les livres de Judy Blume quand j’étais au collège. Ils sont écrits de telle manière qu’ils donnent l’impression que l’auteur a votre âge et comprend tout ce qui vous arrive, sans tomber dans le glauque [oui car brâme! je ne sais pas qui sont ces gens qui sont leurs réseaux etc, mais en général la littérature pour adolescents, c’est un drame national. C’est toujours des histoires atroces mettant en scène sexualité terrifiante et boutons pustulants]. Les livres de Judy Blume sont doux. Il faut aussi lire Trois amies, Tiens-toi droite!, Et puis j’en sais rien!.

Untitled24) LES TOILETTES SIFFLEUSES, Randy Powell

C’est un livre absurde sur le tennis (il faut avoir des lectures perchées parfois pour tenir le coup dans le monde moderne)

5) LA GLOIRE DE MON PÈRE, Marcel Pagnol

« Je suis né dans la ville d’Aubagne, sous le Garlaban couronné de chèvres, au temps des derniers chevriers« : quand j’étais un jeune renardeau je me disais que c’était la meilleure phrase d’attaque dont on aurait jamais pu rêver pour commencer une autobiographie.

Marcel Pagnol, tout le monde connait alors je la fais courte. J’ai choisi la gloire de mon père parce que c’est le plus emblématique, mais il faut bien sûr aussi lire le Château de ma mère, le Temps des secrets, le Temps des amours, Marius, Fanny et César, Jean de Florette, Manon des sources, et puis La prière aux étoiles (même si c’est pas trop féministe).

« Mais mon pauvre petit, si une femme m’aimait comme celle-là t’a aimé, je lui donnerais mon nom et ma vie, même si elle était laide et pauvre, même si c’était la femme à barbe de Luna Park. Je la ferais raser, d’ailleurs. Écoute, il y a des explosifs puissants. Si on en met gros comme une cigarette, on peut faire tomber Notre-Dame de Paris. Eh bien l’amour, c’est bien plus terrible. Avec un petit grain d’amour, un grain de riz. un grain de blé, on fait sauter toute la morale. Oui, tout le vieux palais de la morale, avec ses grosses pierres de taille, et sa poussière centenaire, ça saute en l’air et ça retombe en fleurs. »

6) A LA CROISÉE DES MONDES, Philip Pullman

J’avoue tout, je trouve Philip Pullman charmant (si je le croisais dans la rue je lui sifflerais hé madmoizelle! J’avais même commencé à lui écrire une lettre de fan quand j’avais treize ans mais j’avais abandonné car il ne parle qu’anglais – notre relation me paraissait vouée à l’échec).

Si vous voulez offrir une saga à votre marmaille, oubliez le Seigneur des Anneaux (on comprend rien il y a trop de personnages) ou Harry Potter (trop mainstream depuis qu’Emma Watson se fait photographier sans culotte)! A la croisée des mondes est un des trucs les plus COOLS que j’ai jamais lus de ma vie. a) parce que le personnage principal, Lyra, a les ongles crados et grimpe sur les toits en toute décontraction et b) parce que la série est truffée de références subtiles (par exemple le paradis perdu de Milton ou le chat de Schrödinger) et que c’est rare que les livres pour enfants ne nous prennent pas pour des buses.

Pour info Philip Pullman a fait une autre série de livres plutôt chouettes (si vous voulez insuffler à votre enfant un minimum de socialisme et de féminisme sans qu’il ne s’en rende compte): les Sally Lockhart.

Untitled7) MARCELLIN CAILLOU, Sempé ❤

C’est l’histoire de Marcellin Caillou (qui rougit tout le temps), qui rencontre René Rateau (qui éternue tout le temps).

Caillou_0028) LA GUERRE DES BOUTONS, Louis Pergaud

« Les avis c’est comme les trous du cul, chacun le sien ! »

Parce que c’est bassement rigolo.

9) DE LA PETITE TAUPE QUI VOULAIT SAVOIR QUI LUI AVAIT FAIT SUR LA TÊTE, Wolf Erlbruch & Werner Holzwarth

Grand classique, parlant de caca.

9782745931702_2

10) LE GÉNIE DES ALPAGES, F’murr

La BD idéale si vous en avez marre que vos enfants utilisent le verbe schtroumpfer à tout bout de champ. Le génie des alpages, c’est le récit (probablement écrit sous l’influence de la gnôle) de la vie d’un alpage, avec Romuald le bélier, un troupeau brebis agressives, un chien de berger philosophe, des bébés aigles en crise identitaire et des touristes qu’on zigouille (comme toujours). Il y a plein de blagues nulles dedans, comme « comment vas-tu yau de poêle? » et puis ça donne envie de tout arrêter pour devenir berger…

6a00d83451957369e200e54f3041588833-640wi

Et vous? Quels sont les livres qui ont fait de vous une personne EXCEPTIONNELLE? (oui je me prends pour Pascale Clark en interview)

 

 

Publicités
15 commentaires
  1. bibiche a dit:

    Alors, comme je dois répondre vite (je suis au bureau, c’est momoche), je fais une rapide synthèse de mes souvenirs de lectures d’enfants qui sont (et qui ont fait de moi un être exceptionnel aujourd’hui):
    1/Les disparus de Saint Agil (une fois adulte j’ai découvert que Martin le Squelette était coincé dans une espèce de vitrine rue Debeaune dans le 7ème, le choc …)
    2/Le chien des Baskerville (ma période Cluedo, les cours de français dans les préfabriqués et le poêle à mazout)
    3/Les grandes espérances (wahou)
    4/Voyage au bout de la nuit (là j’étais devenue une femme, j’étais en 3ème)
    5/Rêveries du promeneur solitaire (alors, là, je m’étais fait vraiment un pote)
    6/ Un de Baumugnes
    7/Pan
    8/Colline (mes errances en campagne)
    9/Le champ de personne (comme j’ai ri)
    10/Fort de l’eau (la récidive quoi)

    Pour les lectures vraiment pour Marcassins, je baigne maintenant dedans et je me régale vraiment, j’ai bien fait d’attendre d’être grande ..

    J'aime

    • Lobe a dit:

      Rahlala Giono… Si je l’avais lu adolescente j’aurai sans doute fait des études de bergerie.

      J'aime

      • Lobe a dit:

        Tiens, tant qu’on commente de la littérature on peut œuvrer pour l’éradication des fautes et dire « j’aurais ».

        J'aime

      • Je suis en train de lire que ma joie demeure (c’est mon premier livre de Giono, je suis un peu un inculte de la fesse…) et ça me donne envie de tout arrêter (en mode Nicolas Sarkozy si tu reviens j’annule tout) pour devenir paysan dans le soud de la france.

        J'aime

    • Le champ de personne était aussi dans la bibliothèque familiale (mais je l’ai jamais lu car la couverture me terrifiait, je regrette un peu du coup 😦

      J'aime

      • Bibiche a dit:

        Franchement lis le Champ de personne (achète le livre, ce sera pas une trop vilaine dépense crois moi !)

        Quant à « Que ma joie demeure » ben tu vas pas le croire : je l’ai pas lu !! je le mets sur ma liste secrète des petites choses à faire, (inspirée par citron G).

        J'aime

  2. Sissi a dit:

    A 10 ans j’ai lu « le lion » de Joseph Kessel….inoubliable. J’aurais voulu avoir toujours 10 ans comme Patricia, l’héroïne.

    J'aime

    • j’avoue je l’ai pas lu (j’avais l’impression de maitriser le sujet lion sans avoir besoin de lire de livres dessus depuis que j’avais vu le monde selon tippi à la télé)

      J'aime

  3. lagarde a dit:

    Oui Oui chauffeur de taxi. Je ne l’ai pas fini.

    J'aime

      • lagarde a dit:

        Non. Parce que j’ai appris le tricot.

        J'aime

  4. Sympa cette liste! Mes filles sont encore petites pour ces lectures mais je devrais peut être jeter un oeil à certains d’entre eux…Pour ma part, c’est la découverte de Kundera en 3ème qui m’a marquée 😉

    J'aime

    • J’avoue ne pas être sensible à Kundera et j’ai honte (je crois qu’en fait je l’associe à Kafka à cause du K et du coup je vis dans la terreur en le lisant qu’il se mette à raconter des histoires de blattes géantes)

      J'aime

  5. Madame a dit:

    Oh oui Kundera ! Mais avant Susie Morgenstern (Lettres d’amour de 0 à10 ), Paul-Jacques Bonzon, Le Monde de Sophie, Bilbo le Hobbit étaient mes préférés début collège.
    En littérature jeunesse j’adore Claude PONTI et ses deux poussins Tromboline et Foulebazar qui apprennent aux petits à mettre de la fantaisie dans leur vie.
    Cela me fait plaisir de revoir Judy Blume, j’ai lu ce livre dont je garde un excellent souvenir, je vais me l’offrir (petit plaisir de trentenaire qui bosse et qui n’est plus obligée d’emprunter les livres du CDI du collège).
    Belle du Seigneur plus tard me transporte encore, Zola aussi …

    J'aime

  6. Oh oui Susie Morgenstern, petite pensée émue pour cette personne (auteur du club des crottes, meilleur titre de livre de toute la vie)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :