LES LIVRES A LIRE (OU PAS) AU MOIS DE FÉVRIER

921e43b16909d09fa4c6dd88b1933e40

« Stories that you read when you’re the right age never quite leave you. You may forget who wrote them or what the story was called. Sometimes you’ll forget precisely what happened, but if a story touches you it will stay with you, haunting the places in your mind that you rarely visit »

– Neil Gaiman

Je faisais le malin jusqu’à hier soir, pensant être passé entre les gouttes de la gastro, grippe hivernale et autres maladies propagées par les trolls mais QUE NENNI. Du coup comme je suis super ronchon et que mes ganglions sont gonflés à bloc j’ai décidé de faire une liste de livres à lire au mois de février pour me remonter le moral (et le votre aussi si vous suez en slip sous votre couette après avoir glopé un citron brulant avec du miel).

 

index

Oui ok j’avoue qu’avant de lire ce livre, j’étais persuadé que a) Yasmina Khadra était une femme et que b) cette personne était à l’origine d’un livre nul sur Nicolas Sarkozy (j’avais confondu avec Yasmina Reza mais vous avouerez que quand même ça fait beaucoup de Yasmina dans le groupe).

L’attentat est un livre tout à fait idoine en cette période stupide où il parait légitime de mourir pour des idées. C’est l’histoire d’Amine Jaafari, un arabe israélien, qui mène une vie bling bling de chirurgien dans le plus grand hôpital de Tel-Aviv (et qui fait des blagues de fesse à ses collègues, ce qui au début me l’a rendu peu sympathique je l’avoue). Un jour, il y a un attentat et il apprend que c’était sa femme le kamikaze.

Ce livre est super, et il est tellement super que je ne peux pas vous en parler sans vous spoiler l’histoire. Lisez-le, et quand ça sera fait vous comprendrez sans vraiment pouvoir l’expliquer avec des mots pourquoi la violence est toujours absurde, même si on essaye de la légitimer avec des idées.

 

tumblr_nlxw7m4mhG1qaouh8o1_500

J’avais mis du temps à ouvrir ce bouquin parce que j’avais peur qu’il soit glauque – je ne suis pas fan des années 60 à cause de l’ambiance drogues, sida, vie urbaine & dépression. Mais Patti Smith réussit à rendre cet environnement là inoffensif, parce qu’elle passe à travers sans se laisser corrompre (c’est d’ailleurs une des seules personnalités de cette époque à être toujours en vie et saine d’esprit).

C’est l’histoire de sa jeunesse à New York, avant qu’elle ne devienne célèbre, quand elle écrivait des poèmes dans la chambre au Chelsea Hotel qu’elle partageait avec son ami et amoureux Robert Mapplethorpe. C’est le livre idéal à lire si vous avez un meilleur ami (et même si vous n’en avez pas d’ailleurs).

9782253178033-TMa politique éditoriale (houhou ça faisait longtemps que je rêvais d’utiliser cette expression) consiste à ne parler que de livres lus ET appréciés mais boarf ce mois-ci, grognons un peu. J’avais commandé cet ouvrage en étant persuadé l’adorer car c’est l’histoire d’un type de 25 ans qui végète dans sa chambre au lieu d’aller travailler, et ça les enfants, c’est un thème qui me PARLE. Mais bon déjà ça commençait mal car la quatrième de couverture contenait une critique laudative de la part de Frédéric Beigbeder:

« Fable espiègle sur l’extinction des ambitieux, il est tout entier contenu dans un titre parfait qui résonne comme un programme situationniste. »

(punaise je déteste ce type)

Et de fait, ce livre est Beigbederien au possible (sans le côté drogues & femelles dénudées, du coup il ne reste pas grand chose). C’est un livre où il ne se passe rien en fait, et en le lisant vous aurez la désagréable impression de vous transformer vous aussi en un mollusque parisien presque trentenaire, lâche en amour, puant des pieds et greffé à son lit (une sorte de clone de Bref qui ne sort jamais de chez lui). Le seul petit côté chou du héros, c’est son amour pour les livres et les toilettes:

« Les toilettes étaient devenues ma résidence secondaire. J’avais peu à peu fait de ma salle de lecture un quartier général où je me réfugiais dès que l’occasion se présentait, pour manger ou pour souffler. J’y étais bien. Les néons ronronnaient, les murs étaient blancs, les chasses d’eau chastes et le silence beau. Ces moments me faisaient l’effet de vacances. Ça n’était pas le grand luxe mais c’était du bon temps: le seul à ne pas s’éterniser dans ces journées sans fin. Seulement, je découvris à mes dépends qu’on n’était jamais vraiment tranquille, même en son propre royaume. Un jour où j’étais assis sur mon trône, plongé dans la lecture de L’homme sans qualités, deux types vinrent troubler ma quiétude. Au mépris de toutes les règles élémentaires de bonne conduite exigeant qu’on ne s’approche pas à moins de cinq mètres d’une personne en train de déféquer, je vis leurs pieds s’arrêter devant a cabine.

– Putain, fit l’un d’eux. Regarde, il y en a un qui chie! »

LaSolutionEsquimauAW

Bon alors là on a la palme du livre le plus nul de l’année (et je pèse mes mots). Le seul truc bien dans ce torchon, c’est sa couverture (ce qui expliquerait sa présence impromptue sur les blogs de mode):

Bergsveinn Birgisson est un gros islandais qui apprécie porter des pulls en laine à motifs, et sa biographie précise qu’il est également « titulaire d’un doctorat en littérature médiévale scandinave« . Il a écrit La lettre à Helga pour « porter la mémoire des histoires que lui racontait son grand-père, pêcheur et éleveur dans le nord-ouest de l’Islande« .

Et quelles histoires mes enfants, QUELLES HISTOIRES.

(je vais vous spoiler le truc, j’espère que vous ne m’en voudrez pas)

La lettre à Helga est une lettre que Bjarni Gíslason écrit à l’amour de sa vie, Helga, pour lui rappeler les bons moments passés ensemble – mais halte là si vous croyez que c’est un truc romantique que vous pourrez recopier à votre cher et tendre pour la Saint Valentin. Car Bjarni Gíslason, le héros donc, est un peu grugru. Sa femme est méchante avec lui car elle s’est fait ligaturer les trompes, du coup il passe beaucoup de temps dans la nature à prendre l’air frais et à élever ses moutons, et il rêve de pincer les fesses en cachette de sa voisine Helga. Comment va-il faire pour la séduire?

« Hallgrímur était parti dresser des chevaux dans le nord du pays et tes gosses étaient en pension. Tu étais seule à la ferme. J’avais reçu des instructions précises de l’Union agricole sur la façon de s’y prendre pour la gale des moutons, qu’il s’agisse de la gale due aux poux ou de celle due aux tiques. Le canton de Hörgá disposait d’une baignoire itinérante, acquise aux frais du département, facile à transporter sur une structure en bois ad hoc que nous avions surnommé le sulky. Le canton possédait un réservoir de quatre-vingt litres d’urine fermentée et une marmite géante en aluminium. J’amenai le tout chez toi sur ma charrette à foin. Je jetai dans l’urine pure des algues et de la cendre de bois, additionnées de bitume, de pisse humaine et de quelques feuilles de tabac. Ça fait toute la différence! Nous réchauffâmes le mélange sur les tisons, dans l’ancien corps de logis, et après l’avoir versé dans la baignoire mobile placée au beau milieu de la bergerie, nous y plongeâmes les bêtes. Tu t’en souviens sûrement aussi bien que moi. La chemise aspergée de pisse, tu t’évertuais à faire pénétrer le liquide dans la laine, pendant que je maintenais les brebis, en prenant garde à ce que leurs narines restent au-dessus de la surface. L’instant où je versai l’huile de requin sur l’échine du dernier agneau mes reste toujours en mémoire. C’est alors que tu enlevas ta chemise ».

Suite à ça Bjarni et Helga batifolent dans les fourrés tout le printemps, jusqu’à ce qu’Helga pose un ultimatum à Bjarni: soit il l’épouse, soit elle se CASSE loin de lui à Reykjavik. Bien sûr, comme Bjarni est con il ne fait rien et Helga le quitte.

L’histoire aurait pu s’arrêter là. Sauf qu’il y a un épilogue (qui personnellement m’a fait bondir de fureur et m’a poussé à écrire cette chronique excitée du bulbe). En fait si Bjarni se fait chier à écrire toute une longue lettre à Helga, c’est parce qu’Helga, quand elle était à Reykjavik, lui avait écrit une lettre. Et du coup Bjarni lui répond. Sauf que Bjarni est définitivement un gros MOLLUSQUE (comme quoi les mollusques peuvent aussi bien être français que scandinaves) car il a attendu qu’elle soit MORTE pour répondre à sa PUTAIN de lettre.

Moralité: si quelqu’un vous offre ce livre en cadeau, n’ayez aucun scrupule à le revendre sur le bon coin.

 

Publicités
5 commentaires
  1. Marie a dit:

    J’ai adoré Just Kids même si j’avais plein de préjugés avant de le lire. Après j’étais persuadée que j’étais moi aussi une artiste méconnue et 1. je me suis coupé les pointes toute seule (crazy!) 2. j’ai fait des colliers de nouilles à mes enfants (ils n’ont pas voulu les porter) 3. je me suis mise à peindre des autoportraits à l’aquarelle.

    J'aime

  2. Machin a dit:

    Bonjour sur toi, jeune canidé.
    Découvrant ton blog à l’instant, je parcourais les pages avec un vif intérêt lorsque le titre d’un livre qui ne m’est pas complètement étranger m’a fait hausser un sourcil (le gauche, pour être précis). Alors, je suis partagé. Si mon ambition – plus ou moins cachée – est clairement de transformer tous les gens qui me lisent en mollusque (parisien ou autre, là n’est pas la question) ; je me sens toujours coupable et penaud d’avoir déçu les gens. Voilà donc pourquoi, si tu n’y vois pas d’inconvénient, mes pieds qui puent et moi souhaiterions faire notre mea culpa :

    (ton blog est très chouette)

    J'aime

    • Oh bin mince alors je me sens tout penaud (un peu comme quand je fais le malin dans le poulailler au son de « touch my tralala » et que la fermière vient débrancher la sono car il est 20h30 passées 😦
      En vrai ma déception ne fut pas totale grâce au passage sur les toilettes, qui fait incontestablement partie du top 10 de 2014. Mais ayant lu ce livre en étant moi même un mollusque sans travail à l’époque, je me suis senti déprimé par l’absence de perspectives de vie du narrateur (on veut de l’optimisme! des gros biceps! de l’action!)

      PS: du coup comme je suis un animal curieux j’ai demandé l’accès au blog de Machin sous le nom de code top secret de blogoramus. j’espère que ma candidature sera acceptée malgré mon affront (je suis jeune après tout et mes canines ne demande qu’à croquer des mollets)

      A plus dans les fourrés j’espère!

      J'aime

  3. Machin a dit:

    Curieux animal,
    tu n’as pas à te justifier.
    Libre à toi de montrer les crocs lorsqu’un livre menace de te mettre le moral ventre à terre ! (malheureusement c’est le drame de ma vie : je déprime les gens chaque fois que j’essaie de les amuser (un problème de confusion des genres, sans doute)).
    Concernant ta candidature, il va sans dire qu’elle est acceptée (néanmoins il est de mon devoir de te prévenir que si tu cherches de l’optimisme, des gros biceps et de l’action, tu risques de repartir la queue entre les jambes).
    La confirmation se trouve ici bas :
    https://untrucalagomme.wordpress.com
    A bientôt, dans le blizzard !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :