LES LIVRES A LIRE AU MOIS DE NOVEMBRE

3d753f20b112d940be04615d8c9b426a

Le mois de novembre, c’est nul. Il fait froid, il pleut, votre manteau part en loques (mais vous avez la flemme d’en acheter un nouveau), vos collègues de travail ont tous décidé de se laisser pousser une moustache de pédophile en l’honneur du cancer de la prostate ET vous vous posez des questions culpabilisantes sur vos sourcils à cause de Garance Doré (OUI, ENCORE ELLE):

Avec l’âge, beaucoup de femmes perdent leurs poils de sourcil. Mais ça peut aussi arriver quand on dort toujours avec le visage du même côté sur l’oreiller. Dans ce cas, je conseille d’utiliser un sérum qui favorise la repousse des sourcils, comme le Brow Enhancing Serum Advances [C’est un sérum enrichi aux peptides qui favorise la repousse, mais prévient aussi la chute des poils. Les résultats apparaissent au bout de six à huit semaines. Tout le monde peut l’utiliser, mais vérifiez la liste des ingrédients pour voir si elle contient un produit auquel vous êtes allergique avant. A éviter aussi si une irritation apparaît après la première application]

Il est donc grand temps de se mettre en position fœtus dans le lit en compagnie de livres réconfortants – la liste suivante a été approuvée internationalement par tous les renardeaux:

 

ob_11d67c_ballade-hester-day

Je l’avoue, je suis un peu jaloux de Mercedes Helnwein, parce que la ballade d’Hester Day est le livre que tout le monde aurait rêvé d’écrire tellement les descriptions qu’il contient sont pertinentes & rigolotes.

« Oncle Norman était ce genre d’homme impuissant qui a besoin d’une grosse maman pour lui essuyer la bouche après manger plutôt que d’une femme qui se balade sur des talons hauts. Et Margaret était exactement la personne qu’il lui fallait. Elle appartenait à cette catégorie de femmes qui en savent davantage sur le broyeur à ordures que le plombier. Elle savait quoi faire en cas de morsure de serpent à sonnette, comment cuisiner de mauvais repas avec beaucoup de protéines, comment faire tomber à genoux un homme qui lui aurait pincé les fesses et probablement aussi comment plaquer au sol un sanglier sauvage. »

C’est l’histoire d’Hester Day, qui vient d’avoir le bac et qui comme nous tous refuse d’aller à la fac parce qu’elle pressent que les études supérieures ne sont qu’une vaste fumisterie visant à étouffer dans l’œuf les rêves de maternelle et à se marier avec quelqu’un de pénible travaillant dans la finance. Hester Day décide donc de se casser en van et d’explorer l’Amérique profonde en compagnie de son petit cousin et d’un type ténébreux rencontré à la bibliothèque municipale. Je n’en dis pas plus, ce livre est tellement COOL que j’ai corné pratiquement toutes les pages – seul bémol: l’édition française vient juste de sortir et du coup il n’existe pas encore en poche (du coup si vous aussi ça vous fait chier de payer 25 boules pour un objet rectangulaire et massif prenant toute la place dans votre sac, je vous conseille d’attendre un peu).

 

index

Bon j’avoue, j’ai eu des petits doutes car ce livre était conseillé par le magazine LES INROCKUPTIBLES, et tout le monde sait qu’il faut fuir leurs journalistes comme la peste bubonique. Mais, il se trouve que c’est plutôt rigolo et que ça parle de youpineries, ce qui est parfaitement idoine pour un mois de novembre. C’est l’histoire de Sheila Levine, qui est grassouillette, vit à New York et que sa mère juive harcèle en continu car elle ne réussit pas à se marier. Rien de bien nouveau à se mettre sous le coussinet, mais toujours agréable à lire en robe de chambre en pensant aux femelles qui vivent l’enfer continu du shopping > régimes > recherches de mâle dans des soirées ennuyeuses où tout le monde mange trop de chips aux fromage > fornications ratées sur des lits qui grincent > mycoses plantaires.

– « Fais-moi plaisir. Inscris-toi sous S. Levine dans l’annuaire. On sait jamais avec tous ces cinglés dans la ville. Il y a des hommes qui appellent des filles pour leur dire des obscénités au téléphone. Alors écoute ton père et mets S. Levine. Comme ça, ils sauront pas si tu es un homme ou une femme ».

T’inquiète qu’ils le savent bien, Papa. Il y a que des filles au père angoissé qui mettent leurs initiales dans le bottin.

 moi,-christiane-f.,-la-vie-malgre-tout-556157

J’avoue là c’est moins rigolo.

Je ne sais pas vous, mais depuis que j’ai lu « Moi Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée »,  Christiane F. m’obsède.

J’avais lu le livre il y a très longtemps et je l’avais refermé avec un profond sentiment de malaise (ainsi qu’une certaine répulsion pour David Bowie et les toilettes carrelées). Il y avait un truc chez Christiane F. qui faisait que je la trouvais à la fois malsaine et fascinante. J’ai souvent pensé à son histoire.

Après la publication du livre, Christiane F. s’est retrouvée avec un joli pactole sur son compte en banque et a mené une vie à la fois mouvementée et crado – ce livre en est le récit est je le conseille à quiconque a encore une quelconque fascination pour le mode de vie des rock stars ou des hippies, ça vous calmera direct.

Ce livre n’a aucun intérêt littéraire et pourtant je l’ai lu d’une traite. Comme si il parlait d’une amie chère dont je n’avais pas eu de nouvelles depuis longtemps. En le refermant, je ne comprenais toujours pas Christiane F., mais je ressentais une forme d’apaisement – peut être parce qu’elle est toujours vivante.

« Fibrose. A 51 ans, je suis à l’étape d’avant la cirrhose. Depuis 1989, mon foie est enflammé en permanence. J’ai une hépatite C, génotype 1A, la souche la plus agressive qu’on puisse attraper en Europe. Je n’ai aucune idée de ou et quand je l’ai chopée. Je transpire en permanence, c’est insupportable, je suis toujours trempée, même par – 10. Et en été je ne peux pas porter de t-shirt à manches courtes, à cause de ces affreux boutons rouges sur mes avant-bras. On appelle ça un angiome stellaire. Et puis ma bouche en carton et la constipation, parfois je ne peux pas aller aux toilettes pendant plusieurs jours. Ou alors je passe la nuit à vomir parce que quelque chose est enflammé dans mon métabolisme – l’estomac, la vessie ou les intestins – et que je ne supporte plus les antibiotiques. En plus, depuis un ou deux ans, j’ai le ventre qui grossit parce que mon foie gonfle et que je fais de la rétention d’eau. C’est pas une vie. »

(je ferai lire ça à mes enfants plus tard en bonne mère juive culpabilisatrice pour les dégouter de la drogue)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :